Gelures


Définition : les gelures comme les brulures les lésions localisées causé par l’action directe du froid l’ors d’une exposition prolongée a une température inf. à 0 C° siègent le plus souvent aux extrémités, la région les plus exposé ou les moins irriguées

Mains, oreilles, pieds, nez, face, les pieds

LES LESIONS : Sont de deux types

1/LES  LESIONS LOCALISEES :

Action directe du froid

Exposition plus ou moins longue à une température inférieure à 0°

2/HYPOTHERMIE GRAVE :

Les gelures peuvent être isolé ou s’insérer dans un tableau d’hypothermie centrale

Température centrale  inférieure à 30°C

Chronologiquement plusieurs phases :

  • Période d’exposition au froid :

Se traduit par sensation de refroidissement, engourdissement, piqures fugace puis installation trouble de la sensibilité par fois anesthésie en fin œdème et impotence fonctionnelle

  • Période de réchauffement :

Région rouge douloureuse œdémateuses, hyperthermie

ASPECTS CLINIQUES

1/GELURE SUPERFICIELLE

  • Pâleur  puis apparition  d’un  au réchauffement
  • Cyanose  régressive
  • Œdème  modéré
  • Sensibilité  conservée mais émoussée

·         Phlyctènes  clairs

GELURE DU 1é DEGRE :

–          Guérison rapide en 3 à4 jours

–          Peu  ou pas de séquelles

2/- GELURE DU 2è DEGRE SUPERFICIELLE : Guérison en 10 à 15 jours GELURES   PROFONDES :

–          Cyanose  fréquente

–          Erythème  au réchauffement.

–          Anesthésie.

–          Grosses  Phlyctènes  séro-hématiques.

–          Pouls  périphériques présents.

3/- GELURES DU 2é DEGRE PROFOND :

–          Nécrose  limitée au derme

–          Guérison  lente

–          Séquelles  graves.

EVOLUTION:

–          Gelures du 1é degré : érythémateuses et œdémateuses

–          Gelures du 2é degré : bulleuses

–          Gelures du 3é degrés: nécrose superficielle puis profonde avec perte de substance cutanée

–          1é et 2é  degrés superficiels : évolution résolutive avec épidémisations vers le14é jour,  Pas de séquelles sensitives

–          2é degré profond et 3é degré :

Perte de substance cutanée avec une Cicatrisation lente

Fragilité cutanée

Hypo sensibilité  au froid

Paresthésie et dysesthésie

Raideurs articulaires

SEQUELLES:

–          Douleurs résiduelles

–          Hypersensibilité  au froid

–          Syndrome algodystrophique

–          Modification de l’aspect du revêtement cutané

–          Troubles des phanères

–          Hyperhydrose

–          Rétractions tendineuses

–          Ulcérations chroniques

–          Dégénérescence possible

–          Ostéoporose

–          Arrêt de la croissance osseuse

–          Déformations digitales

Le diagnostic différentielle :

Mycose les infections cutanés avitaminose C

LA MORTS PAR  EXPOSIOTION AU FROID

Sur le cadavre :

Plaque érythémateuses diffuse

Cyanose rare

Steatonécrose péri pancréatique

Ulcération digestive

Une excellente conservation des structures histologiques

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s