Noyade.


NOYADE
DEFINITION : Asphyxie ä, consécutive à une submersion dans un liquide, avec ou sans

inondation broncho-alvéolaire

PHYSIOPATHOLOGIE MODE DE SURVENUE MECANISMES NATURE DU LIQUIDE INHALE
Noyade à « glotte fermée »

– Pc due à l’asphyxie

– laryngospasme définitif, «noyade sèche»

Noyade avec inhalation

– Inondation broncho-alvéolaire

– OAP lésionnel

Hypoxie et hypothermie rapides

Une réanimation prolongée est impérative car l’hypothermie asssu une protection une protection cérébrale relative

On distingue 3 types de noyade :

La noyade par épuisement ou

incapaci

L’hydrocution ou noyadeIIaire

une syncope (thermique, trauma,

allergiq…

La noyade en plongée

(barotraumatisme, accident de

décompression, narcose au mélange, hyperoxye)

re

noyade primaire

sujet conscient alors qu’il

s’enfonce dans l’eau

noyade secondaire

– syncope primitive

. thermodifférentielle

. post-traumatique (choc épigas trique, oculaire, génital)

– Pc : épilepsie, hypoglycémie, TDR  paroxystique

– Accident de plongée

Eau de mer : hypertonique

– majoration de l’inondation

alvéolaire (OAP d’emblée)

– hypovolémie avec hémoconcentration

Eau douce : hypotonique

– Hypervolémie avec hémodilution

– Hémolyse de mécanisme osmoti

que

– Risque cst d’  K+, si inhalation massive

– lésion de la mbr alvéolo-cap et

inactivation du surfactant pulmonaire   micro-atélectasies

SIGNES CLINIQUES
Groupe I

Aquastress

La victime n’a pas inhalé d’eau

Groupe II

Petit hypoxique Inhalation (de l’eau a pénétré dans l’arbre respiratoire), patient«ayant la tasse», toux, cyanose, tachypnée FC rapide, + râles bronchiques, conscience normale

Groupe III

Grand hypoxique OAP et/ou coma, encombrement bturachéo-bronchique grave, detresse respiratoire

Groupe IV

Etat de mort apparente

arrêt circulatoire

Témoigne d’une anoxie durable

CONDUITE A TENIR PREHOSPITALIERE

Dvt un aquastress

Dvt un petit hypoxique

Dvt un grand hypoxique

Etat de mort apparente (réa standard)

asseoir, sécher et frictionner la

(victime essentiellemt encombrée)

– LVAS, aspiration naso-pharyngée – LVAS, VC sous O2 pur et MCE,

victime pour la rechauffer

– rassurer

– étendre, sécher, rechauffer

– aspiration gastrique

– Collier cervical de principe (se méfier d’1 trauma du rachis stt si

SG

– alcalinisation (imp) : bicarb 42%

– contrôler la glycémie et si

– O2 : à hte concentration 8-10l/min coma après plongeon, choc)

20 ml

nécessaire (hypoglycémie) : SG 10% 10 ml en ivl

– sonde gastrique et vidange gastrique

– Respecter axe tête-cou-tronc

– Sécher, rechauffer

– respecter l’hypothermie tant qu’il existe des trbles V° et/ou hémod

– transport médicalisé : en PLS,

– Scope, SpO2, Dynamap, Dextro, T°(protect°céréb) sinon mesures de

Surveillance de 24h dans un

sous O2 à bon débit

– si spasme bronchique :

nébulisation de ventoline (5 mg)

ou Bricanyl + corticoïdes iv

– 02 au masque à fort débit puis

– IOT avec VC (FiO2 100%, PEEP 5-10 mbar si SpO2 basse

ou coma ou VS-PEP si malade en V° spontanée = solution séduisante chez malade en hypoxie modérée)

– Sonde gastrique, vidange gastriqu

lutte contre hypothermie

– prolonger la RCP si il existe une hypothermie

– attention au CEE (assecher le thorax et s’isoler)

centre hospitalier

surveillance 48h dans un service de – 2 vvp + SSI ou macromolécule

soins intensifs du fait d’une

possible aggravation de la fonction respiratoire (OAP secondaire)

(prudence +++) si hypovolémie

(noyade en eau de mer hypertonique) secondaire au

passaged’eau du vaisseau vers l’alvéole : 250 ml en  10 min (à ne pas renouveller car si nécessaire, utiliser amines vasoactives)

– Diurétique si OAP clinique,

noyade en eau douce : Lasilix*

0,5-1 mg/kg (adulte),

1,5-2mg/kg (enfant)

CONDUITE A TENIR INTRA HOSPITALIERE

*Ds les formes graves, grande hypoxie, anoxie: VM+PEP (lutte contre l’hypoxie, CEC (hypothermie prof), correction des troubles hydro- électrolytiques et acido-basique, ATB si eau polluée et septique

*Ds ts les cas : Rx pulm, GDS (  02,  CO2, acidose mixte, Hb (    hémolyse en cas eau douce), K+ (  K+ en cas de mer), EEG et

TDM (si   O2 céréb), swan ganz si SDRA

————————————————————————————————————————————————————————–

LES NOYADES

CHITS O.DUBOIS CS CESU, SAMU 83

CAS 1

• VOUS ÊTES SUR LA PLAGE, VOUS APERCEVEZ UN ATROUPEMENT, VOUS ALLEZ VOIR, VOUS DECOUVREZ UN JEUNE HOMME QUI VIENT D’ÊTRE SORTI DE L’EAU, SOMNOLENT, ENCOMBRE, CYANOSE PERI BUCALE.

• QUEL EST VOTRE ATTITUDE?

DEFINITION

• LA NOYADE  EST UNE ASPHYXIE AIGUE PAR INONDATION BRONCHO- PULMONAIRE, CONSECUTIVE  A UNE IMMERSION OU SUBMERSION. LA QUANTITE  D’EAU N’EST PAS IMPORTANTE, MAIS INHIBE LES ECHANGES GAZEUX ALVEOLO- CAPILLAIRE.

EPIDEMIOLOGIE

• 3000 DECES /AN EN France

• 4EME CAUSE D’ACCIDENT

• 2EME CAUSE DE MORTALITE PAR ACCIDENT, MAIS ELLE EST MAJEURE POUR LES – DE 15ANS

• 17%  DES DECES DES 1-4 ANS

CAUSES DE NOYADE

• SURESTIMATION DE SES CAPACITES

• SOUS ESTIMATION DES RISQUES

• MECONNAISSANCE DU MILIEU

• MAUVAISE UTILISATION DU MATERIEL

• DEFAUT DE SURVEILLANCE

• INCAPACITE DE LAISSER  LA TÊTE HORS DE L’EAU

• INCAPACITE DE REAGIR DANS L’EAU

PHYSIOPATHOLOGIE 1

•    REPOSE SUR 2 ELEMENTS

1. EAU AVALEE

– POSSIBLE D’AVALER DE 2 A5 L

•        DIARRHEE +++

•        EAU + SEL PASSE  DANS LE SANG

•        RISQUE     DE REGURGITATION ET D’INHALATION

PHYSIOPATHOLOGIE 2

2. L’EAU INHALEE

–     DE FAIBLE QUANTITE

–     OEDEME DE LA PAROIE  ALVEOLAIRE DU A LA DESTRUCTION DU SURFACTANT

IMPOSSIBILITE D’ECHANGES GAZEUX

PHYSIOPATHOLOGIE 3

•    LES CONSEQUENCES  DE L’IMMERSION

–     3 STADES

1.  SPASME: EAU           SPASME LARYNGE

2.  DEGLUTITION: HYPOXIE              DEGLUTITION REFLEXE SOUS L’EAU

3.  INHALATION:               SPASME LARYNGE INSPIRATION EN IMMERSION

DANS 10%  DES CAS LE SPASME  LARYNGE PERSISTE                           NOYADE  A POUMONS SECS

INFLUENCE DE LA NATURE  DE L’EAU

1.  EAU DOUCE:

Na Cl EAU DOUCE  < Na Cl  SANG

EAU PASSE  DANS LA CIRCULATION SURCHARGE VASC                                INSUFF CARDIAQUE

2 .  EAU DE MER:

Na Cl EAU MER > Na Cl SANG

FUITE LIQUIDIENNE DU SANG  A TRAVERS  LA PAROIE ALVEOLO CAPILLAIRE                  OAP

MECANISMES ET SIGNES 1

•    DEUX TYPES DE NOYADE

1. NOYADE PRIMAIRE ASPHYXIQUE

« NOYADE BLEUE, VRAIE NOYADE »

2. NOYADE SECONDAIRE SYNCOPALE

« NOYADE BLANCHE, FAUSSE NOYADE »

MECANISMES ET SIGNES 2

1. NOYADE ASPHYXIQUE

SE PRODUIT EN CINQ PHASES:

–     1) AGITATION        ( MVT DE BOUCHON)

–     2) APNEE REFEXE ( GLOTTE FERMEE)

–     3) REPRISE DE LA RESPIRATION (EAU)

–     4) CONVULSIONS (HYPOXIE, HYPERCO2)

–     5) MORT

MECANISMES ET SIGNES 3

1.1  NOYADE ASPHYXIQUE QUATRE STADES DE GRAVITE A) STADE 1: L’AQUASTRESS

–     UN PEU D’EAU AVALEE

–     N:CONSCIENCE                NORMALE

–     R:RESPIRATION               NORMALE

–     C:CIRCULATION              NORMALE

–     PERSONNE ANGOISSEE, FROIDE, EPUISEE

–     CAT: RECHAUFFER, RASSURER, O2, SURVEILLANCE A L’HÔPITAL

MECANISMES ET SIGNES 4

B) STADE 2 : PETIT HYPOXIQUE

– EAU AVALEE, LEGERE INHALATION

– N:CONSCIENCE                 NORMALE

– R:RESPIRATION                 PETITE GÊNE

– C:CIRCULATION                NORMALE

– PERSONNE ENCOMBREE, FROIDE, EPUISEE, ANXIEUSE

– CAT: RECHAUFFER, RASSURER, O2, PERF,LIBERER VAS, SURVEILLANCE SaO2,  POULS, TA, ASPIRATION DIGESTIVE, CONSCIENCE.

MECANISMES ET SIGNES 5

C) STADE 3: GRAND HYPOXIQUE

– EAU AVALEE +++, INHALATION+

– N:CONSCIENCE           SOMNOLENCE /AGITE

– R:RESPIRATION           ENCOMBREMENT +++, CYANOSE DES LEVRES, EXTREMITES (BLEU)

– C:CIRCULATION           TACHYCARDIE

– ESTOMAC PLEIN              RISQUE D’INHALATION SUP

MECANISMES ET SIGNES 6

CONDUITE  A TENIR STADE 3

URGENCE

LIBERER VAS, ASPIRATION DIGESTIVE, O2

HT CONCENTRATION, PREPARER IOT, PERF, RECHAUFFER, SURVEILLANCE CONSCIENCE  +++, SaO2, POULS, TA, BILAN SANG : IONO, NFS, GDS …..

MECANISMES ET SIGNES 7

D) STADE 4: ANOXIQUE

– EAU +++ DANS L’ESTOMAC ET POUMONS

– CONSCIENCE         COMA

– RESPIRATION                NULLE

– CIRCULATION               POULS FILANT /ARRET

– ETAT DE MORT APPARENTE

MECANISMES ET SIGNES 8

CONDUITE  A TENIR STADE 4

URGENCE +++

LIBERER VAS, IOT, ASPIRATION GASTRIQUE, PERF, RCP AVEC MCE, AMINE PRESSIVE, DIURESE (Sondage),

SURVEILLANCE DES CONSTANTES, TTT DE L’OAP …..

MECANISMES ET SIGNES 9

2. NOYADE SYNCOPALE

LA SYNCOPE  EST PRIMITIVE  AVANT DE TOMBER DANS L’EAU:                   PAS DE CYANOSE

–     N:CONSCIENCE           COMA

–     R:RESPIRATION           FAIBLE OU NULLE

–     C:CIRCULATION           ARRET

–     CAT: cf ARRET CARDIAQUE, INTERROGER POUR CONNAÎTRE LES ATCD

CONCLUSION

• SORTIR RAPIDEMENT  LA VICTIME  DE L’EAU

• BILAN CLINIQUE +++

• ENGAGEMENT DE LA RCP +++

• SI NON RECHAUFFER, RASSURER, SURVEILLER.

CAS 1

• VOUS ÊTES SUR LA PLAGE, VOUS APERCEVEZ UN ATROUPEMENT, VOUS ALLEZ VOIR, VOUS DECOUVREZ UN JEUNE HOMME QUI VIENT D’ÊTRE SORTI DE L’EAU, SOMNOLENT, ENCOMBRE, CYANOSE PERI BUCALE.

• QUEL EST VOTRE ATTITUDE?

CAS 2

• VOUS ÊTES SUR UNE BARGE DE PLONGEE SOUS MARINE, ON VOUS PREVIENT

QU’UN PLONGEUR EST INCONSCIENT SOUS L’EAU,IL EST RAMENE  A LA SURFACE.

• QUEL EST VOTRE REFLEXION, VOS PREPARATIONS POUR ACCEUILLIR  LE PLONGEUR  A SA SORTIE DE L’EAU?

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s