EPILEPSIE POST TRAUMATIQUE


I) GENERALITES:

L’épilepsie est l’une des séquelles les plus graves des traumatismes crâniens

Le traumatisme cérébrale peut provoqué tout les formes d’épilepsie en particulier l’épilepsie localisée

 

L’épilepsie peut être précoce ou tardive

 

> E précoce: signe inconstant s’intégrant dans le tableau initial de la phase aigue et en partage son évolution

 

> E tardive: constitue un état pathologique durable qui évolue pour son propre compte

 

II) DONNEES ETHOILOGIQUES:

1- fréquence:

Elle est variable apparaît dans 1-10% des traumatismes fermés et dans 30% des plaies cranio-cérébrales

 

2- facteurs favorisants:

* conditions thérapeutiques: l’infection dans 50% des cas

* rôle du terrain: antécédents neurologiques, épilepsie familial, alcoolisme

* age: plus élevé chez les sujets jeunes

* la valeur de la durée amnésique post traumatique

* la nature du traumatisme; embarrure

* le siège de la lésion:zone expansive pariétale, rolandique, temporoparietale

* rôle d’intervention neurochirurgicale précoce

 

3- date d’apparition:

L’épilepsie apparaît dans 60% 01 un ans

20% avant la 2eme année

20% entre 2-5 ans

 

S’il y a une plaie cranio  cérébrale:

E apparaît dans 26% entre 1er-5eme année

19% entre 5eme-10eme année

5% après 10ans

 

Dans les traumatismes fermés:

E apparaît dans 38% au cours de la 1ere année

14% entre 1ere -5eme année

16% ENTRE 5- 10 ans

07% après 10ans

 

 

III) DONNEES ANATOMO-PHYSIOPATHOLOGIQUES:

La lésion anatomique est représentée par une cicatrice cérébro méningée rétractile qui forme une dépression corticale

Déformation de la cavité ventriculaire sous djacente qui se comporte comme une néoformation évolutive

La gliosclérose formée infiltre le tissu voisin

D’autre parts lors des crises ……ischémiques → sclérose progressive avec élargissement de la zone épileptique

 

Autres facteurs : facteurs vasculaires, facteurs chimiques, facteurs hydro hémodynamiques

 

IV) ETUDE CLINIQUE:

1) FORMES CLINIQUES:

a) épilepsie généralisée:

▪ Crise généralisée complète:

Ce sont des crises tonico cloniques brutales qui se manifestent par:

 

1 perte de connaissance brutale avec chute accompagnée de cris rauque

2 des mouvements tonico cloniques

3 des signes neurovégétatifs (mydriase, HTA, pâleur, arrêt respiratoire)

4 révulsions des yeux

5 signes de BABINSKI

 

La fin de la crise est caractérisée par:

Résolution musculaire

Reprise respiratoire bruyante et active

Retour progressif à la normale après courte durée d’agitation confuso- anxieuse

 

Après la crise:

Amnésie post critique

Blessure par chute brutale

Morsure de la langue

Emission d’urine

Douleur musculaire, fatigue générale

 

▪ Épilepsie généralisée incomplète:

Où manque les convulsions

La crise se résume à un simple état confusionnel transitoire

Caractérisé par la brièveté de la crise, et  l’amnésie post critique

 

 

 

b) épilepsie localisée: épilepsie BRAVAIS JAKSOIENNE:

Ce sont des manifestations cloniques qui débute au niveau d’un groupe musculaire puis se propage a toute du corps suivant la représentation corticale de la zone motrice

La conscience est conservée

La crise peut se généralisé brusquement a la moitie du corps accompagnée souvent de signes subjectifs tel que le froid

 

▪ Formes particulières:

1 / Crise redversive au cours des quelles on observe une déversions controlatérale des yeux et de la tête provoquant un mouvement de rotation

 

2 / E neurovégétative:

 

Caractérisée par: des crampes épigastriques avec sensations de boule de striction de la gorge ou constriction thoracique, colique abdominale, ténesme du rectum

Ces troubles évoluent généralement vers des crises JAKSOIENNE ou des crise sensorielle qui se généralise ultérieurement

 

3 / crise sensorielle:

Caractérisée par des troubles de perception type hallucinations on distingue:

 

► Des crises olfactives ou gustatives: se sont  des odeurs nauséabondes, goût amer

 

Des crises visuelle: il s’agit soit de:

 

* déformation des objets

* hallucination a minima: photopsie (S lumineux coloré+ hémianopsie)

morphosmie avec des formes ou objets précis

 

* hallucination a caractére onirique:se sont des scènes animées ou le sujet participe activement

 

► Crise vertigineuses: sensations de déplacement du corps dans les différant plans de l’espace

 

► Crise auditives:

Elémentaires (bourdonnement, sifflement)

Complexe (mélodies musicales, sonneries hallucination verbales scandées et itératives)

 

 

 

 

► Crises psychiques:

Pensées parasites ou impression de reviviscence d’un état antérieur ou des mouvements affectifs

 

► Crises psychomotrices:

Activité automatique plus au moins cohérentes avec amnésie post critique, le sujet peut accomplir des fugues amnésiques

2) EXAMEN COMPLEMENTAIRES:

EEG:

Des ondes sinusoïdale 6-8 cycles/ S  avec des ralentissement de 2 cycles/S

La salve rapide suivie ou non d’onde lente

Plus rarement des pointes onde 3 cycles /S

Leur présence confirme le diagnostic, leur observation n’élimine pas le diagnostic

3) DIAGNOSTIC DE CERTITUDE:

Repose sur:

 

La soudaineté de la crise

La brièveté de la crise (quelques secondes à quelques minutes)

Retour relativement rapide à l’état antérieur

 

4) DIGNOSTIC DIFFERENTIEL

♦ Hystérie (début moins brutale)

* contexte émotif

* présence de public

* manifestation de langue durée

* déroulement irrégulier de la crise

* s’achève souvent par des crises de larmes, spectaculaire

 

♦ syncope

 

♦ Crise neurotonique

♦  convulsions d’origine métabolique

V) PROBLEME MEDICOLEGAUX:

A) relation de consolidation imputabilité:

1- traumatisme et ses caractères:

* on admet plus qu’un traumatisme banal peut engendrer une épilepsie post traumatisme

 

* le traumatisme crânien initiale doit entraîné une lésion cicatricielle épileptogéne

 

Le traumatisme initial comporte:

 

a) une plaie cranio cérébrale ouverte

 

b) contusion hémorragique cérébrale avec ou sans hématome extra dural ou hématome sous dural constaté à l’intervention ou au TDM  avec signes neurologique déficitaires

 

c) association de ses deux signes:

 

Amnésie post traumatique supérieur à 24 H

Crise comitiale précoce

Fracture du crâne avec embarrure

 

* il faut en parallèles:

 

Eliminé une épilepsie d’origine tumorale (TDM)

Eliminé une épilepsie alcoolique

Recherche la plurifactorielle (alcool +traumatisme)

Un petit mal

Epilepsie généralisée primaire (ne sont jamais post traumatique)

 

* le délai d’apparition  de la 1ère crise et inférieur à 03ans

 

B/ les éléments constitutif de l’ IPP

 

On tiendra compte de :

 

1-Type de crise :

 

Crise généralisé d’emblée: plus invalidante

Crise partielle complexe : par rapport au crise par signes focalisé

2-leur fréquence

 

3-la durée de l’état confusionnel post traumatique

 

4- efficacité du traitement et ses effets secondaires

 

C/ délai de consolidation

-plus de 50% des épilepsie post traumatique peut être stabilisé de façon durable

 

-EEG a peu de valeur pour apprécier le pronostic d EPT

 

-l’élément du pronostic  important; la fréquence initial des crise

 

-le délai à respecter est de 5 ans avant de fixer une consolidation ; une IPP

 

D/ Taux d’invalidité

Il est de 30 -100% dans les épilepsie généraliser

 

De 15 -80%  épilepsie partielle

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s