LE TOXICOMANE


Définitions:

Le toxicomane est une personne qui présente une pharmacodépendance àune substance psychoactive.
La pharmacodépendance (OMS, 1969):
C’est un état psychique et quelquefois physique résultant de l’interaction entre un organisme vivant et une drogue. Cette interaction se caractérise par des modifications du comportement et par d’autres réactions qui engagent toujours fortement l’usager àprendre la drogue de façon continue ou périodique afin de retrouver des effets physiques ou quelquefois éviter le malaise de la privation.
Cet état peut s’accompagner ou non de tolérance. Un même individu peut être dépendant de plusieurs drogues»
La pharmacodépendance est synonyme de toxicomanie (du grec toxicon= poison et mania=folie).
Addiction: terme utilisépour marquer la notion de dépendance au-delàde la substance en cause. Il comprend: la pharmacodépendance , l’alcoolisme, la boulimie, la passion du jeu…

Critères diagnostiques Selon le DSM IV (Manuel diagnostique et statistique des troublesmentaux):

l’abus de substance:
Présence d’unedes manifestations suivantes pendant une période de 12 mois:
1-l’usage récurrent d’une substance provoque une incapacitéàaccomplir les obligations majeures qui incombent au sujet dans sa profession, àl’école ou àla maison.
2-utilisation d’une substance dans des situations à risque.
3-problèmes de justice récurrents liés à l’usage d’une substance.
4-poursuite de l’usage d’une substance malgréla survenue de problèmes médicaux, sociaux ou interpersonnels causés ou exacerbés par les effets de la substance.

La dépendance àune substance: Présence d’au moins troisdes manifestations suivantes pendant 12 mois:

1-tolérance: besoin de quantités majorées pour obtenir l’effet désiré.
2-syndrome de sevrage:variableselon la substance et soulagépar sa prise.
3-la substance est consommée en quantitésupérieure àce que le sujet a envisagé.
4-Désir persistant ou efforts infructueux pour réduire ou contrôler la consommation
5-consécration de temps considérable àla recherche de la substance.
6-Abandon ou réduction des activités sociales au profit de la recherche du produit
7-Persistance de la consommation de la substance en dépit de la connaissance ou de la récurrence des problèmes psychologiques ou physiques qui lui sont liés.

Selon la CIM 10 (10èmeclassification internationale des maladies mentales de l’OMS)

1-un fort désir ou un sentiment de compulsion portant sur la prise d’une substance.
2-baisse de la capacitéàcontrôler son comportement lors de la prise d’une substance
3-utilisation d’une substance pour soulager des symptômes de sevrage, avec prisede conscience de l’efficacitéde cette conduite.
4-un syndrome de sevrage physique.
5-Les manifestations detolérance: des doses élevées de la substance sont désormais nécessaire pour obtenir les effets initialement produits.
6-un appauvrissement de la variétédes modes d’utilisation de l’alcool ou des drogues par le sujet.
7-un abandon progressif des autres sources d’intérêt et de plaisir au profit de la consommation de drogues.
8-la persistance de la consommation de drogues ou d’alcool malgréles preuves manifestes de leurs conséquences clairement nocives.

Ethiopathogénie:

Nous ne sommes pas égaux devant la drogue.
􀂄Vulnérabilitégénétique:
􀂄Les études de morbiditédans les familles des toxicomanes suggèrent l’existence d’un spectre génétique de vulnérabilitéàces pathologies.
􀂄Rôle du gène DRD2
􀂄Vulnérabilitébiologique:
􀂄«système de récompense»et le degréde réponse au stress.
􀂄Vulnérabilitépsychologique:
􀂄Immaturitéaffective: difficultés de la séparation –individuation, fragile sentiment d’identité, incapacitéàêtre seul, àmaintenir des relations durables, fantasmatisation moins riches.
􀂄Comorbidité(troubles: anxieux, de l’humeur, de la personnalité, Schizophrénie…)
􀂄Évènements de vie
􀂄Modes relationnels dans l’enfance : empiètement et/ ou rejet.

􀂄Modes relationnels dans l’adolescence:
􀂄Aménagement provisoire de pseudo-relations et d’une pseudo-individuation pourse protéger contre certaines relations affectives.
􀂄Réorganisation de la personnalitépropice aux «expériences». Il s’agit d’une proportion àl’agir(prise de risque) qui court-circuite la mentalisation.
􀂄La conduite ordalique:
c’est le sens qui est donnésur un plan conceptuel àla recherche de sensations fortes (àrisque) qui elle est de l’ordre du comportement.
􀂄Le modèle bio-psycho-social:
C’est le modèle qui prévaut aujourd’hui. Il rejoint le paradigme de C. Olivenstein(1970): la toxicomanie c’est la rencontre entre un individu, un environnement et un produit.

Les drogues:

Selon J. Delay et P.Deniker(1957)
1-les psycholeptiques ou dépresseurs du SNC(système nerveux central):
􀂄Analgésiques opiacés: opium, morphine, péthidine, dextroméramide, méthadone, codéine…
-Bien-être, euphorie, incapacitéàse concentrer «planer ».Plaisir, chaleur «Flasch»
-Analgésie, dépression des centres respiratoires, ralentissement cardio-vasculaire, réchauffement et prurit cutanés. «Overdose »=coma.
-Aversion (anxiété, nausées, étourdissement)
-Tolérance et dépendance marquées
􀂄Anxiolytiques et hypnotiques: Benzodiazépines, barbituriques…etc
-Anxiolyse, levée des inhibitions ( euphorie, agressivité) et ébriété. Hypnotique.
-«ivresse »: hypnotique ou paradoxale désinhibitionpsychomotrice, dysphorie et neuropathie (ataxie). Dépression des centres respiratoires.
-Tolérance et dépendance marquées.

2-les psychoanaleptiques ou stimulants du SNC:
􀂄Amphétamineset substances apparentées:
-Accélération des fonctions cardio-vasculaires et neuropsychiques(vigilance, confiance, euphorie…)
-Effet «paranoïaque »et pharmacopsychoses? Actes médico-légaux
-Tolérance et dépendance psychologiques rapides,
􀂄Cocaïne :
-Sensation de bien-être, d’euphorie avec stimulation intellectuelle et logorrhée
-Etat d’excitation, agitation (stéréotypies gestuelles), Logorrhée, accès maniaque.
Hallucinations, crises d’angoisse, délire de persécution, actes médico-légaux.
-«ivresse cocaïnique »: céphalées, sueurs, vomissements, besoins naturels impérieux, tremblements, crises tonico-cloniques, dysfonctionnement cardio-respiratoire et mort. Pharmacopsychoses? Actes médico-légaux.
-Tolérance et dépendance psychologiques rapides.
􀂄Autres psychostimulants: caféine, Kath, tabac.

􀂄Les psychodysleptiques ou perturbateurs du SNC:
􀂄Le cannabis:
􀂄Euphorisant (>3 mg), dysphorie, pseudo-hallucinations(>20mg)
􀂄Effet tributaire de la personnalitéet de facteurs exogènes.
􀂄«Ivresse cannabique »: Vasodilatation (pouls, yeux), hyposalivation, EEG perturbé(sommeil paradoxal).Anxiétéfugace, bien-être et stimulation, modifications des perceptions sensorielles (le temps).
􀂄Syndrome amotivationnel; Pharmacopsychoses? Actes médico-légaux.
􀂄Tolérance physique faible, psychique fréquente
􀂄Les hallucinogènes: Mescaline, psilocybine, dérivés lysergiques (LSD 25); la Phencyclidine: PCP; les solvants; les atropiniques, l’alcool éthylique…etc
􀂄L’expérience psychédélique est variable selon le produit. Illusions visuelles, euphorie et dépersonnalisation et Syndrome neurovégétatif discret. Troubles de la conscience, psychosensoriels,de l’humeur et du comportement. Auto et hétéroagressivité. Pharmacopsychose.
􀂄Tolérance et dépendance psychique précoces et rapides.

Les complications somatiques:

Infectieuses: Hépatites, abcès, pneumonies, HIV, ostéomyélite, tuberculose…etc.
􀂄Cardio-vasculaires: thrombophlébites, endocardites, arythmies, infarctus..etc
􀂄Autres : anémies, néphropathies, gastroentérites, neuropathies, épilepsie, traumatismes, overdose …etc

Les implications médico-légales:

Quelques observations:

Corrélation très nette entre criminalitéet consommation de drogues illégales
􀂄Les jeunes qui commettent fréquemment des actes délictueux font souvent usage de drogues dures
􀂄les comportements déviants précèdent généralement la consommation de drogues douces et/ou dures
􀂄La répartition des condamnations selon le genre d’infraction àla Lstup: 40% de contravention (consommation), 10% infraction (trafic) et 20% de trafic et consommation. 50% des infractions àla Lstupsont liées àdes délits connexes.

Les traitements:

Objectifs:
􀂄Arrêt de la consommation
􀂄Amélioration de la santé
􀂄Stabilisation des relations sociales et familiales
􀂄Réduction des comportements àrisque (transmission HIV, Hépatites)
􀂄Une activitéprofessionnelle continue
􀂄Diminution de la délinquance.
􀂄Principes généraux:
􀂄Bilan de l’ensemble de la situation médico-psycho-sociale de l’usager de drogue.
􀂄Identification des besoins du patient
􀂄Établissement d’une relation de confiance («lune de miel »avec la drogue).
􀂄Intervention selon un programme qui tient compte des problèmes médicaux, sociaux et psychologiques.
􀂄Collaboration multidisciplinaire médico-socio-judiciaire.

1-Le traitement de sevrage:(ne résume pas l’action thérapeutique)
􀂄Hospitalisation/ ambulatoire
􀂄Moyens: les psychotropes, médicaments adjuvants, acupuncture…
􀂄La désintoxication physique (syndrome d’abstinence et syndrome déficitaire)
􀂄Le sevrage psychologique: long travail psychologique pour remplacer les drogues par d’autres investissements.
2-Le traitement de substitution: ( n’esttpas une panacée thérapeutique)
􀂄Substitution sous contrôle médical. Moins nocive àlong terme que la toxicomanie.
􀂄Favorise les approches psychothérapeutiques.
􀂄Prophylaxie de la transmission des maladies infectieuses et desactes antisociaux.
􀂄Indication: ne concerne pour l’instant que la dépendance aux opiacés
􀂄Moyens: Agoniste (Méthadone) et antagonistes (Subutex, Naltrexone) des opiacés.

􀂄Les traitements psychiatriques
􀂄Traitements des complications psychiatriques de la toxicomanie
􀂄Les psychothérapies:
􀂄Individuelles d’inspiration analytique, cognitivo-comportementale et systémique
􀂄La thérapie familiale: en particulier chez les adolescents
􀂄Les thérapies de groupes: très variés
􀂄Les traitements résidentiels(stationnaires):
􀂄communautéthérapeutique ou post-cure. Diversitédes programmes.
􀂄«encadrement serré»selon un contrat prédéterminé(règles).
􀂄programmes organisés en phases correspondant aux différentes étapes de l’autonomisation du patient.
􀂄Assécurologie:les traitements sont financés par l’assurance maladie et l’aide sociale (SPAS).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s