Blessures par arme blanche



Préparé et présenté par Dr.  BOUMELIK .M .A

Service de Médecine Légale

CHU Sidi Bel Abbes

1. Introduction

•En médecine légale  , la blessures représente une trace organique , objective actuelle , d’un fait judiciaire passé qu’il s’agit d’établir et de reconstituer  . Sur cette trace prendront appui une inculpation et une condamnation  . Simonin

On distingue

Selon le  type : Les  contusions,les plaies,les brûlures,les fractures .

Selon la nature : les blessures simples et les blessures compliquées .

Selon l’agent vulnérant:

– Les blessures par agent contondant : Ecchymoses,hématomes,plaies contuses,écrasements et broiements,fractures.

– Les blessures par arme blanche : Plaies par instrument piquant et/ou

tranchant ,plaies par instrument tranchant et contondant.

– Les blessures par projectile d‘arme à feu.

– Les blessures par agents physique et chimique :Brûlures thermiques et

chimiques,lésions d‘électrisation,lésions par le froid .

•Une plaie est une solution de continuité de la peau ou des muqueuses

avec atteinte plus au moins importante des tissus sous –jacents .

•En pratique, on décrit diverses variétés toute en tenant compte de la profondeur de la lésion :

Érosion épidermique simple ou Dermabrasion.

Plaie simple .

Plaie compliquée .

Plaie contuse.

Les plaies sont causées par des agents piquants et /ou tranchants.
Les plaies contuses peuvent être provoquées par des agents contondants.
Une blessure peut reproduire la forme de l’agent  vulnérant.

Arme blanche:

arme de 6eme catégorie (port et transport interdit).

l’ordonnance N° 97-06 du 21.01.97 Relative aux matériels de guerre,

armes et munitions dans son Art.4

Arme maniée.

Pourquoi blanche?:

fil métallique de l’agent vulnérant (lame métallique brillante).


Ces agents ont une extrémité pointue (+étroits que longs).

La blessure prend généralement la forme d’une fente.

Entraînent des plaies cutanées (par percussion punctiforme) étroites à bords nets se prolongent par un long trajet difficile à suivre provoquant des lésions hémorragiques internes vitales.

Les instruments pointus à tiges munis d’arêtes entraînent des blessures d’aspect différentes selon les arêtes (coupante ou mousse).

2.Agents piquants les plus communément retrouvés

Plaie par un Tournevisse

Ont un coté plus ou moins coupant : fil,et un coté non tranchant :talon.

Provoques des plaies par section des tissus;( lésions vasculaires→ des hémorragies externes +++);

Incision à bord nets = coupures dont la longueur est supérieure en taille à la profondeur de pénétration.

La régularité des bords dépend du fil.(parfois irrégulier)

Les bords s’écartent l’un de l’autre(rétraction).

la profondeur dépend du tranchant de la lame,la résistance du tissu et la force a laquelle l’arme est maniée.

Incision à bord net se terminent parfois par un aspect en queue de rat → indique la direction du coup porté.

Peuvent avoir une action contondante si la lame a un fil irrégulier (arrachement).

Agents a la fois tranchant et contondant (hache,sabre).

4.Agents piquants et tranchants typiques

Plaie plus profonde que large(conséquence de mouvement pénétrant).

Plaies d’aspect variable (lame est munis d’un seul ou double tranchant).

Un seul tranchant: -La forme d’une boutonnière ou ellipse, l’un des angles peut être soit arrondi soit rectangulaire (dos de la lame= talon)  et au coté opposé un aspect pointu de l’angle(fil de la lame).

-Une plaie ressemble celle provoquée par un instrument tranchant=mouvement de balayage.

-Une plaie à bord net et régulier=mouvement pénétrant.

-Une plaie inclinée=instrument a pénétré obliquement.

-forme triangulaire=mouvement de torsion de la lame lors du retrait du coteau.

-aspect en séton(entrée et sortie de la lame au niveau du tissu lors d’un même mouvement de l’agresseur)

-Trajet:n’est pas forcement rectiligne sur le cadavre(déplacement des partie molle).

-La profondeur;peut dépasser la longueur de la lame (dépression des Partie molle lors de mouvement de pénétration de la lame).

-La longueur ;plus petite (+++lame simple tranchant).

-La direction du coup ; dépend de mouvement de l’agent vulnérant et la victime.

•Double tranchant ; bord parfaitement symétrique dont les extrémité se réunissent a angle aigue.
•Le plus souvent mortelle de siège thoracique.(cause homicide+++).

5.Examen médico légale d’une plaie par arme blanche

•Examen nécessite d’établir :
Le nombre de blessure.
Le siège de chaque blessure.
Forme de blessure.
La profondeur de pénétration de blessure.
La direction des coups.
La force nécessaire pour infliger ce type de blessures.
Effet de la blessure.
Caractère ante ou post mortem.
5.1.Le nombre des blessures
•Parfois discrètes et passe inaperçus.
•Numéroter (feutre) chaque blessure dans les blessure multiple puis photographier.
•Étude de leurs directions.
•Étude de prise de l’arme blanche pour chaque blessure.
•Grouper les coups en plusieurs scènes.
•Pour chaque blessure,on observant à l’autopsie (de manière prudente) la ou les trajectoires avant toute éviscération.(+ieurs trajet: coups ayant été porté sans que l’arme ne soit complètement ôtée des tissu cutané).
•Rechercher les lésions de défense avec soin (+++mains,face postérieure de l’avant bras ).
•NB:dans le rapport d’autopsie,faire apparaître clairement le nombre exacte des blessures.
5.2.Le siège des blessures

Préciser la position par apport à des repères anatomique fixes.

Mesure indispensable entre le centre de la blessure et respectivement les repères anatomique (osseux de préférence), la ligne médiane.

La hauteur de la blessure par apport au pubis et talons

Schématiser le siège des blessures sur un schéma lésionnel.

5.3.Forme des blessures

En rapport avec

-le geste accompli; une plais perpendiculaire à la peau correspond à la largeur de la lame et à son aspect et une plaie oblique pourra présentée des aspect en estafilades au niveau d’une extrémité.

-la zone traversée (élasticité cutanée variante d’un endroit a un autre);les plais du cuir chevelu ne se déforme pas tendis qu’une plais abdominale présentera des bords écartés par élasticité.

Une plaie se produit parallèlement aux lignes de tension cutanée (ligne de langer); la plaie sera très peu déformée.

Lame pénètre perpendiculairement à ces lignes ;la plaie sera fortement déformée.(les berges seront attirée par les forces élastique cutanée).

Une description précise et photographier.

Une plaie par arme blanche est mieux décrite si ses deux berges sont apposées a l’aide d’un scotche transparent(la reconstitution de la plaie).

Forme habituelle:fente dont les berges peuvent être abrasées,encochées ou déchirées.

Couteau à double tranchant = blessure à deux extrémités aigues.

Couteau à seul tranchant = blessure à 2 extrémités asymétriques.

1)extrémité aigue:tranchant de l’arme.

2)extrémité à bord carré ou en queue de poisson:talon de l’arme.

Blessure possible entourée d’une ecchymose;le couteau est enfoncé jusqu’au la garde.

Lame tournant  une fois enfoncée ;plaie avec forme en V ou aspect irrégulier.

Plaie atypique en fonction de l’instrument;ciseau = blessure forme Z possible- tournevis;perte de substance étoilée à berge abrasées.
5.4.Longueur des blessures

Mesurée lorsque les deux berges de la plaie sont apposées(et même sans rapprochement des deux berges).

Fonction de la largeur de la lame et la profondeur de pénétration de celle-ci;(souvent différente de la largeur de la lame du fait de l’élasticité cutanée.)

La longueur de la blessure est majorée  en cas de coup de couteau dont la direction fait un angle aigue avec la peau de la victime.

La plaie myocardique parfois nettement plus grande que la largeur de la lame(dynamique cardiaque).

NB: la largeur d’une blessure par arme blanche ne se mesure pas.

5.5.Profondeur de la blessure

Paramètre réservé à l’autopsie.

Difficile à apprécier.(sauf le cas ou nous pouvant observer un impact osseux terminal.)

Établie par la recherche de point de terminaison ;(une dissection soigneuse de la blessure).

La profondeur possible supérieure en taille à la longueur de la lame en cause ;(caractère dépressif de la paroi abdominale,et à moins degré de la cage thoracique).

Blessure transfixiante: la présence d’orifice de sortie.

NB: il est interdit au 1ier observateur de retirer l’arme blanche de la plaie et encore moins de sonder celle-ci ;(risque de créer de passage intracorporelle erroné).

5.6.Direction des blessures

Établie en même temps que la profondeur.

Dépend des mouvements de l’agent vulnérant  ainsi que les mouvements possibles de la victime, rarement statique.

Son observation va permettre de comprendre la manière dont le coup est donné et la manière dont l’arme est tenu.

La topographie exacte de la blessure et sa taille ,trajectoire,étendue,et profondeur → incisions pratiquées au voisinage selon des plan parallèles réclinés successives en feuillets de livres.

Observation des éléments osseux est capitale;modification de la direction et la profondeur de la plaie lorsque la lame rencontre et glisse sur une structure osseuse.

Trajectoire matérialisé (sonde) seulement après dissection.

NB:Ne jamais sonder une blessure avant l’autopsie.

5.7.Force nécessaire pour infliger les blessures

Estimation semi quantitative de la force utilisé par l’agresseur.

Souvent faible: en fonction de l’instrument utilisé et tissu traversé.

Facteur +++:forme de la pointe de l’instrument utilisé;(+pointe aigue → force nécessaire est grande).

2éme facteur: forme de l’arme;(lame fine et bien aiguisée > épaisse et mousse).

5.8.Caractère anté mortem ou post mortem

Anté mortem :hémorragique et contuse.

Post mortem:coloration jaune et parcheminées.

A moindre doute une étude histologique est nécessaire ( ne permet pas toujours de tranché).

5.9 Effet de la blessure

Les instruments piquants provoquent des lésions hémorragiques internes mortelle le plus fréquemment de siège thoracique.

Blessures cardiaques graves atteinte de l’artère coronaire, des oreillettes ou des gros vaisseaux cardiaque.

Blessures vasculaires, pulmonaires,du foie ou un vaisseau

sanguin= installation d’un choc hémorragique + ou – rapide mortelle.

Les atteintes cérébrales peuvent ne pas être fatales immédiatement .

La mort par hémorragie , embolie gazeuse, asphyxie au niveau du cou.

les vertèbres (rares), elles réalisent une paralysie complète ou partielle

Atteinte fréquente de l’artère fémorale, ou de l’artère radiale dans un

geste d’autolyse.

6.Plaies contuses

Impact d’un objet ou contre un objet contondant.

+++ zones ou il existe des structure osseuses sous jacentes.

Berges irréguliers ,contuse parfois déchiquetées.

Ponts tissulaires dans le fond de la blessure

7.Sont en faveur d’un homicide par arme blanche.

Blessures + profondes et – nombreuses.

+++cou et thorax.

De siège inaccessible pour la victime.

Présence de lésion de défense.

Absence d’arme sur le lieu.

8.Sont en faveur d’un suicide

Incisions multiples souvent parallèles superficielles au niveau des extrémités dans les zones accessibles.

Coupures d’hésitation.

Atteinte des racine cervicales en cas d’égorgement suicidaire.

Émasculation en cas de pathologie mentale sévère.

Le diagnostique différentielle entre homicide et suicide est fonction du contexte et données de l’enquête judiciaire

9.conclusion

En médecine légale,la blessure représente la trace organique objective, actuelle d’un fait judiciaire passé qu’il convient d’établir ou de reconstituer.

Leur étude tente de déterminer;la nature de l’instrument vulnérant causal,la manière,chronologie et caractère des lésions.

En matière de blessure par arme blanche,le médecin peut apporter une aide non négligeable et efficace à la justice.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s