INTOXICATION AU MERCURE ET AUX ORGANOMERCURIELS


PROPRIÉTÉS PHYSICOCHIMIQUES

Le mercure(Hg) est un métal de couleur blanc argenté.

-le seul métal liquide à température ordinaire

-sa pression de vapeur:0.002mHg

-se présente sous forme:

*métallique(Hg élémentaire)

*oxydée : monovalent :Hg mercureux

bivalent: Hg mercurique

-son principal minerai est le sulfure de Hg ou cinabre:le

métal est obtenu par grillage de ce minerai après leur

concassage et Séchage en libérant:

*SO2 après oxydation de soufre

*Hg métallique après condensation des vapeurs.

II/ USAGE ET SOURCES D’ EXPOSITION

n1/ Hg métallique:

*origine professionnelle :

-en métallurgie : amalgame avec le Hg pour récupérer certains métaux et la séparation de l’or et l’argent de leurs minerais.

-fabrication des appareils scientifiques de précision (thermomètre, baromètre).

-industrie électrique : piles électriques, redresseurs et les interrupteurs de courant, tubes fluorescents, lampes à vapeur.

-broyage des tubes fluorescents.

-industrie chimique : fabrication de soude, chlore  et l’eau de javel (électrolyse).

-fabrication de verrerie graduée (pipettes) et des miroirs.

-fabrication des accumulateurs fer- nickel

-procédés de moulage(Hg congelé) -dentisterie.

*origine non professionnelle :

-ingestion des remèdes traditionnels chinois.

-Hg des antifungiques ajoutés aux papiers peints (évaporation dans l’atmosphère des maisons).

-amalgame dentaires.

2/ utilisation des dérivés du mercure :

nitrate d’argent (Hg2(NO2)2)

En industrie de couperie de poils pour la fabrication de feutre.

-chlorure mercurique antiseptique externe .

– Le Hg d’ammonium est utilisé comme produit cosmétique pour éclaircir la peau..

-fulminate de Hg: fabrication des poudres détonantes.

-oxyde rouge de Hg : fabrication des peintures protectrices des coques des navires.

-des dérivés organiques du mercure sont utilisé comme insecticide, fongicides bactéricides .

-dans l’industrie du papier et des peinture.

-En médecine comme diurétique.

-Nb:il est important de souligner que dans la nature certains micro_organismes peuvent synthétiser des dérivés organomercurielles.

III/ METABOLISME

a/ absorption:

1)Mercure métallique;

-pulmonaire:principale par inhalation des vapeurs de Hg,

80% de la quantité inhalée est retenue dans l’organisme.

-digestive:négligeable.

-cutanée:voie de pénétration accidentelle.

2)Composés inorganiques du mercure:

-par voie digestive: une intoxication aigue peut survenir suite a l’ingestion du mercure.

-En milieu industriel, le risque d’exposition éxessif par inhalation de ces dérivés est faible sauf s’ils sont aerosolisés.

3)composés organique:

— voie pulmonaire:en industrie c’est la plus fréquente surtout pour les dérivés alkylés qui présentent une plus grande volatilité que les dérivés arylés et alkoxyalkylés.

b/ distribution:

*Hg inorganique:

-S’accumule principalement au niveau des reins:

+++cellules des tubes proximales et ceux de l’anse de

henlé sans fixation Glomérulaire.

-une partie importante de Hgi se fixe sur des PFPM qui

jouent un rôle protecteur temps que sa capacité de

fixation n’est pas dépassée.

-l’ion mercure traverse difficilement la barierre hémato-encéphalique.

-lors de l’exposition aux vapeurs de mercure métallique, le cerveau accumule 10 fois plus de mercure qu’après ingestion ou administration en IV ou SC.

-stockage au niveau du cerveau après administration de Hg organique alkylés qui contrairement a la forme ionisé traverse la barierre hématoencéphalique.

– au niveau de l’hypophyse a partir du transport direct des vapeurs par les cavités nasales.

.

c/transport:

Après  leur pénétration dans l’organisme ,Hg métallique  persiste de manière transitoire sous cette forme puis il va subir un cycle

D’Oxydoréduction:

oxydation

d/ excrétion:

-sujet normal excrète:10ug/j  urines.

10ug/j selles

-Hgi est excrété sous forme ionisée libre ou liée à des protéines par:

*colon

*reins

*faible quantité par la peau

-autre voies:phanères,lait maternel, sueurs ,salive.

IV/ MECANISME D’ ACTION

-Le Hgi est capable de se fixer sur les groupements SH,

donc  de nombreux enzymes et coenzymes possèdent ce

groupement seront désactiver.

1/ inhibition de l’acide delta levulinique déshydratase (ALA déshydratase) et donc interférence avec la synthèse de l’hème:

acide succinique+ glycocolle

ALA synthétase

acide delta aminolevulinique

ALA déshydratase

prophobilinogène                        Hg

hème

2/ à faible concentration Hg++

activation                    protéine kinase(membranaire)

activation

lymphocytes T,B

MALADIES AUTOIMMUNES

3/ inhibition de lATPase: déficit énergique.

4/inhibition du cycle de Krebs au niveau cérébrale

V/ TOXICITE

A/ intoxication aigue:

-exceptionnelle dans l’industrie cependant  elle peut survenir par inhalation de vapeurs toxique lors de  l’extraction du métal de sont minerai ou le chauffage d’alliage a base de mercure.

Elle résulte le plus souvent de l’ingestion volontaire ou accidentelle .

-La sévérité du tableau clinique dépend de l’intensité d’exposition ;le mercure métallique est très peu toxique par ingestion car son absorption est faible.

*

1) signes généraux :

L’ingestion aigue provoque :

n-une GEA. CUH. Vomissement et salivation.

-Anémie et anurie suite a la nécrose des tubes rénaux.

-un état de choc.

nA haute concentration les vapeurs mercurielle peuvent produire une irritation pulmonaire d’où une pneumonie clinique conduisant a l’OAP accompagné éventuellement de signes gasto-entéral.

-une nécrose tubulaire.

-Des séquelles pulmonaires:syndrome réstréctifs.et troubles de la diffusion

nPar voie parentérale le mercure est susceptible de provoquer: des bronchites a répétitions, pneumonies, embolie pulmonaire,voir même le décès un mois après l’exposition.

nPar  voie sous cutané le mercure provoque généralement  lésions élémentaires mais si ce dernier est laissé en place le passage a la chronicité avec apparition de granulome inflammatoire est possible.

2) Signes locaux:

-Le fulmate de mercure produit une dermite d’irritation.

-Le mercure métal et ses sels peuvent être responsable d’allergie cutanée (dentiste).

B) Intoxication subaiguë:

1)Signes respiratoire: toux, irritation bronchique.

2) Digestifs : VMSMT, diarrhée.

3) Ulcération de la muqueuse buccale.

4) Parfois protéinurie.

5)Des exanthèmas ont été raportés.

c) Intoxication chronique:

•Le tremblement: qui est le signe le plus caractéristique ,

-Il débute au niveau des doigts . Paupières , langue et lèvre .

-il s’étend après au membres ce qui rend la marche difficile.

-Au début ce trémor peut régresser si le patient évite le contact avec le mercure.

-Ce tremblement augmente d’intensité quand le sujet se sent observé.

-Il existe une relation entre l’intensité du trémor et l’excrétion urinaire du mercure .

-L’EMG dessines de myoclonies.

2)troubles du caractère: de la personnalité et des performances psychomotrices:

-irritabilité.

Irresponsabilité.

Amnésie semblable a celle observée lors de la sénescence  est dont le caractère réversible est encore discutable.

3) Atteinte neuronale:

-Troubles a l’EEG.

-troubles cliniques similaires a ceux de la SEP.

4)Atteinte du système nerveux périphérique:

-polynévrite motrice non douloureuse.

5)Atteinte rénale: syndrome néphrotique classique du a une glomérulopathie a dépôt extramembraneux.

nAutres manifestations:

nAtteinte digestive: type diarrhée .inappétence et une cachexie qui s’installe par la suite .

nAtteinte visuelle: atteinte du cristallin dont la capsule antérieure présente  un reflet brunâtre .

nAtteinte génétique: une augmentation des aberrations chromosomiques chez les travailleurs exposés aux vapeurs de mercure.

nL’interférence avec  le système immunitaire ainsi que des troubles de la vision des couleurs pourrait survenir suite a l’exposition prolongée.

nL’action tératogène: les sels de mercure pourrait exercer un effet tératogène , l’augmentation de la fréquence des avortements est aussi suggérée .

nL’effet cancérogène : selon le comité mixte FAO / OMS le mercure et ses dérivés ne sont pas considéré comme potentiellement génotoxique mutagène ou cancérogène (WHO 2004).

Le mercure métallique et ses dérivés inorganique sont classés dans le groupe 3.

VI/DIAGNOSTIC POSITIF

-Interrogatoire(notion d’exposition).

-ex clinique.

-dosages toxicologiques:

VII/ DAGNOSTIC DIFFERENCIEL

* Hyperthyroïdie.

*Maladie de WILSON:

-affection héréditaire:accumulation du cuivre dans le foie faite des symptômes:

*neurologiques(tremblement;

akenesie;hypertonie)

*hépatiques(ceux de cirrhose hépatique)

*maladie de parkinson.

*sclérose en plaque:

-démyélinisation inflammatoire de la mœlle épinière

-caractérisée par des manifestations multi locales: atteintes sensitives,motrices,troubles de la vision,incontinence urinaire.

*tumeur de cervelet(syndrome cérébelleux, à confirmer par TDM)

*intoxication au manganèse:-notion d’exposition

-attitude en pats de coque

diagnostic différentiel des tremblements :

on discute lors de l’intoxication au mercure les tremblements d’action :

1- tremblements d’attitude :

  • selon le contexe pathologique , post traumatique ou polyneuropathies.
  • Isolé (tremblement essentiel).
  • Exagération du tremblement physiologique (trémulations).
  • D’origine iatrogène (antidépresseurs, tricycliques ).
  • Alcoolisme.
  • Hyperthyroidie.
  • Hypogycémie.

2-tremblements intentionnels ( au mouvement) :

lors des syndromes cérébelleux cinétiques : sclérose en plaque , AVC vertebro-basiliaire, affections dégénérative.

3-autres :

les tremblements lors des syndromes extrapyramidaux qui different des sydromes sités ulterieurement par leur survenue au repos :

  • Syndrome extrapyramidal iatrogène.
  • Maladie de parkinson.
  • Maladie de wilson.
  • En association a d’autres signes neurologiques ( syndrome frantal , syndrome cérébelleux, la dysautonomie)sss

VIII/ TRAITEMENT

1/ Intoxication aigue:

* par voie orale:

lavage gastrique à l’eau albumineuse bicarbonatée.

-BAL ou 2,3- dimercaptopropanol: 3-4 mg/kg en IM tout 4h pdt 2 j   puis tout 12h pdt 10jr

-acide dimercaptosuccinique :30mg/kg peros (état de tractus digestif permet).

-hémodialyse:insuffisance rénale urique.

*pneumonie chimique:

-TRT symptomatique:

•Oxygénothérapie(1-2 l/mn)

•Corticothérapie(1mg/kg pdt 6j)

•Antibiothérapie

•kinésithérapie

-chélateur:BAL, N-acetyl -D- pénicillamine

2/ intoxication chronique:

-N-Acetyl-D Penicillamine: 250 mg peros 4x/j pdt 10 j

répéter après 2-3 semaines.

-anti-histaminiques:prurit, œdème, faciale.

-CaNaEDTA (calcium sodium éthylène diamine tétra acétate):20mg/kg/j IM lente pdt 5j;répéter après 2 semaines.

-BAL:3-4 mg/kg/j IM pdt 10j à répéter  après une période de repos.

-DMPS(2,3 dimarcaptopropane-1-sulfonate de sodium):300-400mg peros pdt 2mois.

-DMSA(acide méso 2,3-dimercaptosuccinique):200-400mg/kg/j.

-des séances du sudation pour favoriser l’élimination sudorale du Hg.

IX/ PREVENTION

A/ MEDICALE:

*visite d’embauche:

-interrogatoire +ex clinique complet.

-éviter d’embaucher les sujets présentant:atteinte neurologique,rénale,cutanée,gingivale ou buccale.

-écarter les femmes enceintes ou qui allaitent.

-doser Hgu pour avoir des valeurs de références.

*visite périodique:

interrogatoire+ ex clinique complet.

-dépister les troubles psychomoteurs(tests psychométriques).

-dosage de protéinurie+ fonction rénale.

-FO+ex de champ visuel.

-EEG.

-EMG(réduction de la vitesse de conduction nerveuse)

-dosage de Hg urinaire et sanguin.

batterie des tests psychométrique

B/ TECHNIQUE:

1/ collective:

-respecter TLV:25ug/m3(vapeurs de Hg métallique.

-remplacer Hg par un produits  moins toxique ( remplacer l’amalgame etain-Hg par le nitrate d’argent pour la fabrication des miroirs.

-dans les mines: humidification des marteau pics.

-dans les locaux:

*Aspiration:des gouttelettes de Hg  contaminant les surfaces de lieu de travail par un système d’aspiration muni d’une trappe à eau.

il est préférable d’ installer des systèmes d’aspirations d’air là ou le Hg est libéré(ex hotte dans les cabinets dentaires.)

Øneutralisation de Hg éparpillé sur le sol :consiste à

-placer des particules de Zn dans un récipient et à humidifier

Avec une solution d ’Hcl.

-après 15 mn le Zn est versé sur et autour des de la zone contaminée.

-Hg forme un amalgame avec le Zn et peut être facilement aspirer

ØEn cas d’épandage de Hg:installer un piège à Hg dans le planché à l’endroit de la manipulation:il peut s’agir d’un simple caniveau rempli d’eau et couvert d’ une grille ;si le Hg se repent il tombe à travers la grille et s’accumule sous l’eau ce qui prévient toute évaporation.

ØÉviter la moindre souillure des surfaces de travail  et éliminer tout risque de contamination: éviter les planchés en bois; s’assure de l’absence de crevasses dans les revêtements de sol.

-aspiration des vapeurs.

-éviter le risque d’accroître la vaporisation du Hg.

-organisation et planification du travail(vas clos).

-éducation des personnes sur les risques de Hg.

2/ prévention individuelle:

-mesures d’hygiènes(douche, lavage des mains, vestiaire séparés du lieu de travail).

-port des masques et des gants.-ne pas manger ni boire ni fumer sur le lieu du travail.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s