Epreuve de débranchement ou épreuve d’apnée.


 
 

La disparition définitive de la respiration spontanée est la conséquence obligatoire de la mort encéphalique car la respiration est sous la commande du système nerveux central. Pour mettre en évidence cette apnée définitive, il faut d’abord observer les mouvements de la cage thoracique après avoir débranché le respirateur. On constate alors l’absence de mouvements respiratoires. Cette absence de mouvements respiratoires peut se produire lorsqu’il existe une hypocapnie. En présence d’un stimulus hypercapnique, la respiration spontanée ne réapparaît pas si le sujet est en mort encéphalique. Le test d’apnée repose sur l’absence de mouvements respiratoires déclenchés par un stimulus hypercapnique et en l’absence de toute sédation, de toute curarisation et d’hypocapnie. Après une oxygénation en 100% d’oxygène pendant une trentaine de minutes, le respirateur est déconnecté de la personne et de l’oxygène est administré en intra-trachéal par la sonde d’intubation à un débit de 5 à 10 litres par minute ; des débits plus élevés peuvent être responsables de pneumothorax. Pendant l’épreuve, le médecin vérifie soigneusement l’absence de tout mouvement de la cage thoracique pendant une dizaine de minutes et la présence d’une hypercapnie à la fin de l’épreuve. Le niveau requis d’élévation de la PaCo2 est de 50 mmHg en Angleterre, 55 mmHg au Canada ou encore 60 mmHg aux USA. La réglementation française ne précise pas les conditions de réalisation de cette épreuve laissant le soin aux équipes de les définir.

Cependant, quelles que soient les modalités, cette épreuve doit être réalisée sur une personne:

1) préalablement réchauffée ;

2) eucapnique;

3) dont la pression artérielle systolique est supérieure ou égale à 90 mmHg ;

4) ne présentant pas d’hypoxémie ;

5) dont l’oxygénation est monitorée.

Les personnes présentant un dysfonctionnement de la commande respiratoire tels que les bronchopathes chroniques ou les obèses peuvent avoir une absence de mouvements respiratoires sans élévation significative de la PaCO2. C’est une situation non exceptionnelle pour laquelle il est laissé à la décision du médecin de répéter l’épreuve ou de confirmer le diagnostic par une méthode paraclinique.

Attention: Le test d’apnée ne s’accompagne pas d’effet myocardique délétère mais peut provoquer une hypotension artérielle par vasodilatation périphérique. En raison des effets de l’hypercapnie sur la pression de perfusion cérébrale de patients ayant une hypertension intracrânienne, ce test ne doit être effectué que pour confirmer la mort encéphalique déjà diagnostiquée par l’examen clinique.

21 Août 1998

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s