L’anthropologie médicolégale « à l’américaine » : enseignement, apprentissage et pratique à California State University, Chico


Bull. Mém. Soc. Anthropol. Paris DOI 10.1007/s13219-010-0020-4

NOTE / NOTE

American forensic anthropology: teaching, learning, and practice at California State University, Chico

C.-A. Brown

Reçu le 15 juin 2009 ; accepté le 10 février 2010

© Société danthropologie de Paris et Springer-Verlag France 2010

Résumé La croissance mondiale des disciplines médicolé-gales et la coopération internationale entre anthropologues médicolégaux nécessitent une compréhension mutuelle des moyens dorganiser et de pratiquer cette discipline dans chaque pays. Une revue des articles concernant lanthropo­logie biologique dans le Journal of forensic sciences (JFS) de 2000 à 2008 montre une croissance du nombre darticles anthropologiques et darticles écrits par les équipes inter­nationales. La pratique de lanthropologie médicolégale est toujours basée sur le système judiciaire du pays où elle se trouve. Cet article présente lorganisation de lanthropo­logie médicolégale aux États-Unis (EU) ainsi que les sys­tèmes judiciaires et universitaires américains, puis illustre cela en présentant la combinaison denseignement, dapprentissage et de pratique à luniversité de l’État de Californie à Chico (CSUC). Dans lesprit des 150 ans de la Société danthropologie de Paris (SAP), cet article a pour objet de mieux définir lanthropologie médicolégale américaine afin de faciliter la coopération internationale lors denquêtes concernant des crimes contre lhumanité ou les catastrophes de masse, tout en soulignant la nécessité de standardisation des méthodes didentification et des recherches anthropologiques.

Mots clés Anthropologie médicolégale · Américain · International · Journal of forensic sciences · California State University Chico · Standardisation

C.-A. Brown (*)

Department of Anthropology, California State University, Chico, 400 W. First Street, Chico, CA 95929-0400, USA e-mail : carrie.brown@jpac.pacom.mil

Joint POW/MIA Accounting Command Central Identification Laboratory, 310 Worchester Avenue, Building 45, Hickam AFB, HI 96853, USA

Abstract The worldwide growth of forensic science disci­plines and international cooperation between forensic anthropologists necessitates an understanding of the ways in which this discipline is organized and practiced in diffe­rent countries. A review of publications in the Journal of forensic sciences (JFS) between 2000 and 2008 shows an increase in physical anthropology publications and publica­tions authored by international teams. The practice of foren-sic anthropology relies inherently on the judicial system under which it operates. This article outlines the organization of forensic anthropology in the United States (US) and the American judicial and university systems, and demonstrates the combination of teaching, learning, and practice at Cali-fornia State University, Chico (CSUC). In the spirit of the 150-year anniversary of the Société dAnthropologie de Paris (SAP), this article seeks to better define American forensic anthropology in order to facilitate further internatio­nal cooperation in war crime and mass disaster investiga­tions, as well as standardization of current identification procedures and continued research.

Keywords Forensic anthropology · American · International Journal of forensic sciences · California State University Chico · Standardization

Abridged Version

This paper discusses the organization and practice of foren-sic anthropology in the United States (US) to facilitate further cooperation between members of international inves­tigation teams. A review of nine years (2000–2008) of anthropology publications in the Journal of forensic sciences (JFS) by the author shows an increase in anthropology publi­cations as well as collaborations produced by researchers from different regions of the world. In fact, the number of American publications decreases by the year 2008, while

fi Springer

2

Bull. Mém. Soc. Anthropol. Paris

publications by Europeans, international teams, and authors from other countries show an increased appearance in the JFS. The difference in authorship between 2000–2005 and 2006–2008 approaches significance at the P 0.05 level (Students t-test, P = 0.09).

Forensic anthropology in the US is taught and practiced as a subfield of physical anthropology, one of the four disci­plines of anthropology. A forensic anthropologist applies his or her knowledge of the human skeleton in a legal context to identify unknown human skeletal remains. As such, the connection to the legal system is a vital part of forensic anthropology and the anthropologist must understand his or her role in relation to the judicial system as a whole. This also entails knowledge of what system is being used, which can be either the coroner or medical examiner (ME) system. This choice depends entirely on the state or even the county from which the case comes.

The American Board of Forensic Anthropology (ABFA) and the American Academy of Forensic Sciences (AAFS) oversee standards and practice in the US. Diplomates of the ABFA go through rigorous testing to obtain this title and the annual AAFS meetings are significant for networ­king and transmitting information on new techniques and research. Additionally, there are many regional organiza-tions that also serve to propagate current information in the field.

At California State University, Chico (CSUC), there are currently three forensic anthropologists; two of these anthropologists are also Diplomates of the ABFA. Not only do these professors teach classes at graduate and undergraduate levels, they also perform casework and consultations for 32 California counties and several Nevada counties. A large increase in casework at the CSUC Human Identification Laboratory (HIL) occurred during the 1990s and continues to this day (Kendell et al. 2009). The most unique aspect of the HIL at CSUC is the way in which cadavers are processed. Unlike most other US skeletal laboratories, the CSUC HIL uses a species of flesh-eating beetles (family: Dermestidae). These beetles consume all material with the exception of the bone and allow for relatively rapid processing and a high level of detail preservation for skeletal remains.

The training at CSUC includes a strong hands-on com-ponent as well as a solid understanding of theoretical pers­pectives in all four fields of anthropology. This type of education produces anthropologists who are able to adapt to many situations, which is a key component in construc-ting efficient and knowledgeable international teams. CSUC is discussed here as one example of the types of training and teaching that occur in the US. Continued glo­bal success and cooperation will rely on the successful inte­gration of practicing anthropologists from a wide variety of backgrounds.

Introduction

Il existe à lheure actuelle, dans le monde entier, un intérêt croissant pour les disciplines médicolégales. Celui-ci se manifeste notamment par des collaborations internationales entre anthropologues lors de l’étude de catastrophes de masses ou de crimes contre lhumanité. Afin doptimiser ces collaborations, il est indispensable d’établir un dialogue entre les anthropologues venant de différentes régions du monde pour que chacun puisse comprendre la manière dont lanthropologie est enseignée, pratiquée et définie dans les autres pays.

Dans lesprit des 150 ans de la Société danthropologie de Paris (SAP), lobjectif de cet article est de montrer comment lanthropologie médicolégale est pratiquée aux États-Unis (EU) afin de mieux comprendre ses applications et son déve­loppement. Cet article présente dabord une revue des arti­cles anthropologiques dans le Journal of forensic sciences (JFS) de 2000 à 2008 comme une illustration de la crois­sance du nombre des équipes internationales. Puis, il pré­sente lorganisation de lanthropologie médicolégale aux EU et les systèmes judiciaires et universitaires américains. Pour finir, il parle de lapprentissage et de lenseignement de lanthropologie médicolégale aux EU en les illustrant avec des exemples provenant de luniversité de l’État de Californie à Chico (CSUC).

Une revue du JFS

Une revue des articles publiés dans le JFS de 2000 à 2008 a été faite par lauteur. Le but de cette étude était dexaminer des tendances dans les pays daffiliation des auteurs dont les articles étaient publiés dans la section physical anthropology de ce journal. Quatre catégories ont été choisies pour les auteurs : les EU, lEurope (y compris le Royaume-Uni), « Autres » et « International ». Pour cette étude, une équipe « internationale » était composée au minimum de deux personnes qui venaient de pays différents (à lexception des pays européens qui partagent généralement la même culture anthropologique). Des exemples de ces équipes sont : les EU et le Chili ; le Canada, la Norvège et le Royaume-Uni ; le Japon et les EU. La question fondamentale de cette recherche était : existe-t-il une croissance dans le nombre darticles écrits par des équipes « internationales » de 2000 à 2008 ?

Le nombre darticles anthropologiques par rapport à tous les articles dans le JFS est resté constant de 2000 à 2007 ; la moyenne étant de 12,1 % par an. En 2008, on voit que le pourcentage des publications anthropologiques double à 24,1 % (Fig. 1) ; la différence est significative (test t de Stu-dent, p = 0,00). Deux issues de 2008 sont probablement liées à cette croissance : Symposium on border crossing deaths

Springer

Bull. Mém. Soc. Anthropol. Paris

3

 

Fig. 1 Proportion darticles anthropologiques publiés par le JFS chaque année / Number of anthropology articles compared to total arti­cles in the JFS (in %) 

(53(1)) et Symposium on international human identification (53(2)), qui représentent des perspectives globales. Un an de croissance nest pas assez pour conclure que lon voit une croissance significative de lanthropologie dans les sciences médicolégales au début du XXIe siècle, mais lanthropologie commence à prendre une place plus importante dans le monde.

Il existe également une modification de la répartition des chercheurs selon leurs pays entre 2000 et 2008. En effet, de 2000 à 2008, les Américains sont devenus moins nombreux à publier. À linverse, les Européens, les équipes interna­tionales et les auteurs dautres pays sont plus nombreux (Figs. 2,3). Pour les équipes internationales, la croissance temporelle dans le nombre darticles publiés est presque significative au seuil p 0,05 (test t de Student, p = 0,09). En 2000, 9,1 % des articles anthropologiques publiés ont été écrits par des équipes internationales. Par contre, en 2006, c’était 12 % ; 2007 : 20 % ; et 2008 : 14,3 % (Fig. 4) ; soit une moyenne de 15,4 % pour les trois ans. Avec la crois-

sance des publications par des auteurs européens et dautres pays, cela montre que lanthropologie elle-même devient plus globale.

Organisation de lanthropologie médicolégale aux EU

Aux EU, lanthropologie médicolégale est enseignée et prati­quée comme étant lun des sous-domaine de lanthropologie biologique qui est elle-même une des quatre disciplines de base de lanthropologie. Un anthropologue médicolégal applique ses connaissances de lostéologie humaine dans un contexte légal. Ce nest donc pas seulement la connaissance du squelette humain qui définit lanthropologue médicolégal, mais également son lien avec le système judiciaire qui est très important. Lanthropologue qui veut entrer dans le domaine médicolégal doit avoir une solide formation méthodologique dans l’étude des squelettes afin de pouvoir en déterminer le

Fig. 2 Provenance des auteurs (JFS 2000) / Origin of authors (JFS Fig. 3 Provenance des auteurs (JFS 2008) / Origin of authors (JFS
2000)2008)

fi Springer

4

Bull. Mém. Soc. Anthropol. Paris

 

Fig. 4 Proportion darticles publiés dans le JFS par des équipes internationales par rapport au nombre total darticles en anthropologie / International publications as % of total anthropology publications in JFS 

profil biologique : l’âge au décès, le sexe, la stature et laffinité populationnelle (encore appelée « race » par certains anthro­pologues médicolégaux américains), les pathologies et trau-matismes éventuels. Il arrive également quun anthropologue donne son opinion à propos de la cause du décès, générale­ment à la requête dun médecin légiste. Le but de toutes ces analyses est lidentification dun squelette ou dossements inconnus. De même, lanthropologue médicolégal américain devra être formé aux techniques archéologiques de terrain, comme la fouille de sépultures, et avoir une solide connais­sance du système judiciaire, afin de pouvoir comprendre ses responsabilités face aux cours de justice [1]. De plus, le domaine médicolégal englobe plusieurs disciplines telles que lanthropologie biologique, larchéologie, lodontologie, la médecine, la criminalistique, ainsi que dautres sciences médi-colégales [2]. Un anthropologue médicolégal aux EU nest pas spécialisé dans tous ces domaines, mais il ou elle est obligé de comprendre son rôle et les rôles des autres scientifiques.

LAmerican Academy of Forensic Sciences (AAFS) a été créée en 1949, mais la section anthropologie biologique nexistait pas avant 1972 [3]. Les 14 membres originaux voulaient mettre en place un groupe à part du reste de lAAFS pour mieux servir et soutenir les recherches dans lanthropologie médicolégale. La popularité des sciences médicolégales aux EU est évidente quand on considère la croissance de lAAFS. Il y a maintenant 384 membres dans la section anthropologie biologique, dont 137 sont étudiants (www.aafs.org). Le colloque annuel de lAAFS offre lopportunité de partager de nouvelles techniques, de sinformer des recherches en cours et bien évidemment de rencontrer dautres anthropologues.

Les anthropologues médicolégaux américains sont admi­nistrés par lAmerican Board of Forensic Anthropology (ABFA, www.theabfa.org). Établi en 1977, lABFA a pour but d’établir et de maintenir les standards de la discipline [3]. Pour devenir « Diplomate », il faut dabord obtenir le docto­rat en anthropologie biologique et passer un minimum de

trois ans à travailler sur des cas médicolégaux et rédiger des dossiers les concernant. Ces dossiers sont examinés au cours de lexamen permettant dobtenir le titre de « Diplo­mate », pendant que le candidat répond à une série de ques­tions écrites et orales. Cet examen est très rigoureux et il y a actuellement seulement une soixantaine de Diplomates de lABFA dans le monde entier. La candidature nest pas limi­tée aux Américains mais, la plupart de temps, les Américains sont les seuls à avoir la formation et lexpérience requises pour sinscrire à lexamen.

Des associations régionales sont importantes pour agréger les anthropologues médicolégaux et partager des informa­tions. Parmi ces organisations, on compte le Mountain, Desert and Coastal Forensic Anthropologists (MD&C) dans louest des EU, le Mountain, Swamp and Beach Foren-sic Anthropologists dans le sud-est des EU, la North East Forensic Anthropology Association (NEFAA) dans le nord-est des EU et le Canada, et le Midwest BioArchaeology and Forensic Anthropology group (BARFA) dans le mi-ouest des EU [3]. Il existe aussi des organisations concer­nées par la standardisation et lidentification, par exemple : le Scientific Working Group for Forensic Anthropology (SWGANTH, www.swganth.org), soutenu par le FBI et le Central Identification Laboratory (CIL), et lInternational Association for Identification (IAI, www.theiai.org). Cest certain que lon ne manque pas de dialogue concernant lanthropologie médicolégale aux EU. Pour plus dinforma­tion concernant les développements récents de lanthropo­logie médicolégale américaine, le lecteur pourrait consulter Forensic anthropology : contemporary theory and practice [4], qui offre aussi une bibliographie extensive.

La pratique : système judiciaire américain

La pratique de lanthropologie médicolégale est obligatoire­ment dépendante du système judiciaire du pays dans lequel

Springer

Bull. Mém. Soc. Anthropol. Paris

5

elle sinscrit. Forcement, les pays avec des systèmes judiciaires différents auront des pratiques médicolégales différentes. Aux EU, deux systèmes médicolégaux coexistent.

Le premier est celui dans lequel un « coroner », qui est un officier de police judiciaire élu à ce poste, enquête sur les morts. Le coroner nest pas obligatoirement médecin, même si en pratique cest souvent le cas. Ce système vient dAngleterre et fonctionne de manière autonome au sein dun état [5].

Dans le second système, cest un medical examiner (ME), obligatoirement médecin, qui enquête sur les morts. Contrai­rement au coroner, celui-ci est médecin et est nommé à son poste. Il sagit dun système centralisé par l’état [6], même si celui-ci est également régulé par lassociation nationale des médecins légistes (NAME). Aux EU, 19 états ont choisi ce système centralisé [4], et il existe des états dans lesquels les deux systèmes coexistent, cest-à-dire que le système mis en place dépend de l’état.

En Californie, on utilise un système associant coroners et ME, et la juridiction se fait comté par comté. Il existe même des comtés, comme San Jose County, qui ont un système MEcoroner. Lanthropologue travaille toujours sous la juri­diction du chef de système médicolégal soit le coroner, soit le ME, et il a la responsabilité de comprendre le système et les statuts sous lesquels il travaille. À Chico, dans Butte County, on utilise le système « coroner », mais il se trouve que lon reçoit des dossiers des deux systèmes.

Dans la cour de justice américaine, les anthropologues servent comme des témoins experts pour donner une opinion professionnelle qui aide les juges, les avocats et les jurés à comprendre les détails scientifiques dun dossier [4]. Cest le juge qui décide les qualifications des témoins. Là encore, on voit des différences dans le système américain selon l’état ou même la cour de justice. Les cours de justice « fédérales » et certains états utilisent les federal rules of evidence (FRE) avec les critères Daubert. Daubert est une adaptation aux FRE qui clarifie certaines ambiguïtés pour ladmissibilité de la preuve. Toutefois, beaucoup d’états nont pas encore adopté Daubert et conservent avec les vieux critères de Frye, qui sont moins clairs et moins exigeants que Daubert. Il faut que des témoins experts sachent quels critères sont en place selon la juridiction avant de faire une déposition.

Daubert force les anthropologues américains à mieux comprendre lerreur associée avec les méthodes employées. Aux EU, en ce moment, un gros effort est fait sur la quanti­fication de lerreur en calculant la précision, le biais et la fiabilité de chaque méthode utilisée pour construire le profil biologique. Cela fait que lon observe une plus grande stan­dardisation des techniques analytiques, bien que les stan­dards ne soient pas les mêmes pour toutes les institutions ou tous les pays. Par exemple, ce problème se manifeste avec certaines des méthodes employées pour estimer l’âge au décès. Aux EU et au Royaume-Uni, on se sert en général

des standards de Buikstra et Ubelaker [7], alors quen Europe, on utilise des standards basés sur les travaux dAcsadi et Nemeskéri [8,9]. Ces deux approches différentes peuvent produire des estimations d’âge qui ne sont pas toujours comparables. Il faut donc que les anthropologues européens et américains travaillent ensemble pour améliorer les méthodes et les standards utilisés.

Systèmes universitaires

Avec lharmonisation des systèmes universitaires en Europe, les pays européens et les EU se rapprochent au niveau des études supérieures. Avec le système de licencemasterdoctorat (LMD), il sera maintenant, en principe, plus facile de partir à l’étranger pour faire des études dans la mesure où ce système ressemble à celui des EU. Il reste cependant quel­ques différences, notamment dans la durée des études. En France, la durée est plus fixée quaux EU. La licence est Bac + 3, le master Bac + 5 et le doctorat Bac + 8. En revan­che, aux EU non seulement les diplômes prennent un peu plus du temps, mais ça peut aussi varier selon luniversité, la discipline ou même l’étudiant. Normalement, en anthro­pologie, on obtient le bachelors (équivalent à la licence) après quatre ans à luniversité, le master deux à quatre ans après le bachelors et le doctorat trois à huit ans après le master. On na pas non plus de programmes prévus, et les cours sont souvent au choix parmi plusieurs options, avec un certain nombre de crédits à totaliser pour obtenir le diplôme. Cela fait que tout le monde ne fait pas la même chose en même temps et que lon peut assister à des cours sur des sujets variés, qui ne sont pas forcément dans la même spécialité. Maintenant, on passe à un exemple plus spécifique : la CSUC.

Exemple de lenseignement et apprentissage à CSUC

CSUC est une université publique du nord de la Californie qui a été créée en 1887. On compte, à lheure actuelle, 16 000 étudiants en licence et 1 500 étudiants en cours de masters. Le département danthropologie à CSUC offre des licences et des masters recherche. Avant de postuler à CSUC, les étudiants qui désirent obtenir un master recherche en anthropologie sont obligés de choisir une spécialisation, comme lanthropologie biologique. Tous les étudiants en zanthropologie suivent un programme de cours qui regroupe quatre grands domaines : lanthropologie cultu­relle, lanthropologie biologique, larchéologie et la linguis­tique. Sajoute à ce programme la possibilité (sous forme doption) de suivre des cours en muséologie. Cela est fait dans le but que les étudiants aient une expérience variée et acquièrent une compétence générale dans le domaine de lanthropologie.

fi Springer

6

Bull. Mém. Soc. Anthropol. Paris

Un programme typique pour un étudiant de master recher­che spécialisé en anthropologie biologique serait de prendre dabord deux ans de cours (environ 30 crédits), suivi par la conception et l’écriture dun mémoire de recherche. Il faut prendre quatre cours obligatoires et puis plusieurs cours au choix. Il existe aussi des opportunités des stages au labora­toire didentification humaine (human identification labora-tory, HIL) et des recherches indépendantes avec des professeurs à CSUC et ailleurs. Après avoir suivi les quatre cours obligatoires, on passe des examens dans trois des qua­tre disciplines de lanthropologie. L’étape finale est de déve­lopper un projet de recherche qui sera rédigé sous forme de mémoire et soutenu à loral devant un jury de professeurs. Tout cela prend au minimum trois ans et au maximum six ans. Cette façon d’étudier est typique des universités améri­caines qui offrent des diplômes master recherche et doctorat et a tendance à produire des anthropologues qui peuvent sadapter à beaucoup de situations un élément essentiel pour la construction et l’établissement des équipes internationales.

Après avoir obtenu un diplôme de master recherche à CSUC, on peut soit chercher un emploi, soit poursuivre en thèse dans une autre université : CSUC noffre pas de pro­gramme de doctorat. Le plus grand employeur danthro­pologues médicolégaux aux EU est le Joint POW/MIA Accounting Command Central Identification Laboratory (JPAC/CIL, www.jpac.pacom.mil) [4]. Ce laboratoire est chargé de retrouver et didentifier toutes les personnes dis­parues à cause de conflits américains. Il se trouve à Hawaï et environ 30 anthropologues médicolégaux et archéologues y travaillent. Les licenciés de CSUC trouvent également des emplois dans les universités, collèges et lycées, dans des sociétés darchéologie privées (cultural resources manage­ment ou CRM), dans les bureaux des ME ou avec des organisations non gouvernementales (ONG) comme lInter­national Criminal Tribunal for the Former Yugoslavia (ICTY).

À CSUC, le HIL est le centre de recherche des profes­seurs et étudiants en anthropologie médicolégale. Ce labora­toire est constitué de deux grandes salles, une morgue, une table dautopsie, plusieurs espaces danalyses et une salle sécurisée pour les preuves, qui contient également une machine à rayons X. Il y a aussi une station de photographie et une salle annexe pour archiver des squelettes. On a un petit laboratoire pour préparer des spécimens disotopes sta­bles. À côté du HIL, on trouve une collection archéozoolo-gique avec plus de 1 600 exemplaires de 700 espèces de vertébrés qui fonctionne comme outil de comparaison pour les cas où lon doute de lorigine humaine des ossements.

La plus grande particularité de CSUC HIL est son proto­cole de traitement des cadavres. En effet, lorsquun labora­toire, aux EU, reçoit des cadavres à expertiser, il doit les réduire à l’état de squelettes pour les analyser et en définir

le profil biologique. Cette pratique est le standard pour les laboratoires américains dans la mesure où lanalyse com­plète dun squelette dépend de lobservation directe des ossements. Lauteur considère que les techniques radiosco-piques et radiographiques sont beaucoup plus utilisées par les Français que les Américains, grâce aux permissions des médecins légistes avec qui les anthropologues ont générale­ment un bon rapport. La plupart des laboratoires didentifi­cation aux EU utilisent des procédés de macération. Le CSUC HIL utilise des colonies de coléoptères de la famille Dermestidae dont la particularité est davoir des larves qui dévorent tout sauf les os. La macération dun corps complet peut prendre des semaines, voire des mois, et il arrive que certains détails portés par les os, tels que des traumatismes ou des marques de couteau, deviennent inexploitables. Avec les coléoptères, il est possible de conserver tous ces détails et dobtenir une squelettisation complète en deux semaines.

CSUC emploie trois anthropologues légaux titulaires dun doctorat. Deux dentre eux sont des « Diplomates » de lABFA et tous les trois sont membres de lAAFS. Ces trois anthropologues effectuent des consultations pour 32 départements de Californie et certains départements du Nevada. Ils ont également des charges denseignement puisquils sont professeurs duniversité.

De 1975 à 2008, 319 dossiers ont été analysés dans le HIL, avec une croissance importante dans le nombre de cas analysés par an qui a commencé dans les années 1990 [10]. La moyenne des cas reçus par an de 1975 à 1979 était 3,4, comparé à 15,1 de 2000 à 2008. De tous les cas reçus, 82,2 % étaient des ossements humains, et 18,2 % de ces personnes étaient identifiés [10]. Au HIL, les professeurs et les étudiants danthropologie biologique travaillent ensemble pour analyser des cas, faire de la conservation de l’évidence et des recherches et organiser des stages et des ateliers pour la police et les écoles. Les études en anthropo­logie à CSUC sont variées et offrent aux étudiants des expériences pratiques assorties dune forte compréhension des théories associées.

Conclusion

En ce début de siècle, il est impératif que les anthropologues travaillent ensemble. Cela nécessite de comprendre la manière dont est construite la discipline anthropologique dans tous les pays où elle est pratiquée ainsi que la manière dont les systèmes judiciaires dans lesquels elle sapplique conditionne la pratique de lanthropologie médicolégale. CSUC nest quune université parmi dautres dont on a cité lexemple pour voir comment une discipline pouvait être structurée au travers de son enseignement, et on a illustré le mode de fonctionnement de son laboratoire didentifica­tion, le HIL. Cet exemple a pour but de situer limportance

Springer

Bull. Mém. Soc. Anthropol. Paris

7

de la compréhension des différentes pratiques en anthro­pologie médicolégale à travers le monde pour favoriser les collaborations internationales et redéfinir la place de lanthropologue médicolégal dans la société. La coopération continue et globale repose sur le succès de lintégration des anthropologues et des scientifiques de toutes origines, édu­cations et expériences.

Remerciements Lauteur voudrait remercier Drs. Eric Bartelink, P. Willey et Turhon Murad de California State University, Chico pour leur aide et soutien. Elle voudrait remercier également ses collègues et tous les étudiants en master recherche pendant ses études à CSUC. Merci aux deux lecteurs anonymes pour leurs commentaires et révisions utiles.

Références

  1. GallowayA,BirkbyWH,KahanaT,etal(1990)Physicalanthro-pology and the law: legal responsibilities of forensic anthropolo-gists. Yrbk Phys Anthropol 33:39–57

  2. IscanMY(1981)Conceptsinteachingforensicanthropology. Med Anthropol Newsl 13(1):10–2

 

  1. ReichsKJ(ed)(1998)Forensicosteology.Advancesintheiden­tification of human remains, 2nd ed, Charles C Thomas, Spring-field, Illinois, 567 p

  2. KomarDA,BuikstraJE(2008)Forensicanthropology.Contempo-rary theory and practice, Oxford University Press, New York, 362 p

  3. ParrottC(2003)Comparingmedicalexaminerandcoronersys­tems: advantages and disadvantages of the coroner system. In: Medicolegal death investigation system: Workshop Summary, Committee for the workshop on the medicolegal death investiga­tion system, The National Academies Press, pp 25–7

  4. FierroM(2003)Comparingmedicalexaminerandcoronersys­tems: advantages and disadvantages of the medical examiner sys­tem. In: Medicolegal death investigation system: Workshop Summary, Committee for the workshop on the medicolegal death investigation system, The National Academies Press, pp 23–5

  5. BuikstraJE,UbelakerDH(1994)Standardsfordatacollection from human skeletal remains, Arkansas archeological survey research series, 44, Arkansas archeological survey, Fayetteville, 218 p

  6. AcsadiGY,NemeskériJ(1970)Historyofhumanlifespanand mortality, Akadémiai Kiadó, Budapest, 346 p

  7. Wittwer-BackofenU,BuckberryJ,CzarnetzkiA,etal(2008) Basics in paleodemography: a comparison of age indicators applied to the early medieval skeletal sample of lauchheim. Am J Phys Anthropol 137(4):384–96

10. Kendell A, Hutchinson A, Brill J, et al (2009) Analysis of thirty-three years of forensic anthropology casework at Califor-nia State University, Chico (1975–2008). Poster presented at the annual meeting of the American academy of forensic sciences, Denver, CO

fi Springer

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s