COURS POLYCOPIES D’ETHIQUE MEDICALE


COURS POLYCOPIES

D’ETHIQUE MEDICALE

Pr. L.BELHADJ et Coll.

2010

  

  

INTRODUCTION

  

En tant que médecins, nous avons conscience du privilège que constitue notre engagement dans la relation médecin/patient, une relation unique qui, dans un climat d’éthique et de confiance, facilite la transmission des connaissances scientifiques et les soins mais la question des soins de santé soulève aujourd’hui de multiples dilemmes éthiques extrêmement complexe pour lesquels les médecins manquent parfois de préparation.

       L’éthique médicale est générée par la progression rapide de la recherche médicale et scientifique car désormais la vie peut être donnée en dehors des processus naturels aux travers des méthodes de la procréation médicalement assistée .

Les médecins sont doublement concernés par l’éthique car ils participent activement au progrès des connaissances médicales (par la recherche biomédicale) et ils sont en contact quotidien avec les malades qui leur demandent toujours des réponses et des conseils immédiats

QU’EST-CE QUE L’ÉTHIQUE MÉDICALE?

       L’éthique vient étymologiquement du grec « ETHOS » qui signifie manière d’être et de se comporter selon les mœurs. 

Dans sa définition la plus simple, l’éthique est l’étude de la moralité – une réflexion et une analyse attentive et systématique des décisions et comportements  moraux, passés, présents ou futurs.

La moralité est la mesure de valeur d’une prise de décision et du comportement humains. Le vocabulaire de la moralité comprend des substantifs comme « droits »,   « responsabilités », « vertus » et des adjectifs comme « bon » et « mauvais », « vrai » et « faux », « juste » et « injuste ». Selon ces définitions, l’éthique est principalement affaire de savoir, alors que la moralité concerne le faire. Le lien étroit qui unit ces deux termes réside dans le souci de l’éthique de fournir des critères rationnels qui permettent de décider ou d’agir d’une certaine manière plutôt que d’une autre.

Alors que l’éthique s’intéresse à tous les aspects du comportement humain et de la prise de décision, elle constitue un domaine d’étude très large et très complexe qui compte de nombreuses branches ou subdivisions. Le thème principal de ce cour est l’éthique médicale, la partie de l’éthique consacrée aux questions morales relatives à la pratique médicale. L’éthique médicale est étroitement liée à la bioéthique (éthique biomédicale), sans toutefois lui être identique. Alors que l’éthique médicale s’intéresse principalement aux problèmes soulevés par l’exercice de la médecine, la bioéthique est un vaste sujet qui concerne les questions morales liées au développement des sciences biologiques de manière plus générale.

POURQUOI ÉTUDIER L’ÉTHIQUE MÉDICALE?

L’éthique est et a toujours été une composante essentielle de la pratique médicale. Les principes éthiques comme le respect de l’individu, le consentement éclairé et la confidentialité constituent le fondement de la relation médecin / patient. Cependant, l’application de ces principes peut parfois poser problème, notamment lorsque les médecins, les patients, les membres de la famille et autres personnels de santé ne sont pas d’accord sur ce qu’ils estiment être la bonne manière d’agir dans une situation donnée. L’enseignement de l’éthique prépare les étudiants à reconnaître ces situations difficiles et à y répondre sur la base de principes rationnels. L’éthique est également importante dans les relations du médecin avec la société et avec ses collègues et aussi dans la conduite de recherches médicales.

L’éthique médicale comporte des champs d’investigations spécifiques qui portent essentiellement sur les questions éthiques de la naissance, de la vie et de la mort parmi ces questions on peut citer : 

  • L’avortement ;
  • Les techniques de procréations médicalement assistés ;
  • Le dépistage génétique prénatal ;
  • Les transplantations d’organes, de tissus et de cellules (cellules souches) ;
  • Les xénogreffes ;
  • L’acharnement thérapeutique ;
  • Le consentement éclairé ;
  • Les décisions d’arrêt de traitement ;
  • Les soins en fin de vie ;
  • Les questions d’allocations des ressources.

 

QUELLE EST LA PARTICULARITÉ DE LA MÉDECINE?

 

Il semble que de tout temps et partout dans le monde, le fait d’être médecin a signifié quelque chose de particulier. Le médecin est celui que l’on contacte pour nous aider dans nos besoins les plus pressants – soulager les douleurs et les souffrances, recouvrer la santé et le bien-être. On permet au médecin de voir, de toucher, de manipuler toutes les parties du corps humain, même les plus intimes. Et ce, au nom de la conviction que le médecin agit dans le meilleur intérêt du patient.

Les patients qui autrefois acceptaient inconditionnellement les ordres du médecin demandent parfois aujourd’hui que celui-ci justifie ses recommandations lorsqu’elles diffèrent des conseils obtenus d’un autre praticien ou de l’Internet.

 

QUELLE EST LA PARTICULARITÉ DE L’ÉTHIQUE MÉDICALE?

La compassion, la compétence et l’autonomie n’appartiennent pas en exclusivité à la médecine. Cependant, on attend des médecins qu’ils les portent à un degré d’exemplarité plus grand que dans beaucoup d’autres professions.

La compassion, définie comme la compréhension et la sensibilité aux souffrances d’autrui, est essentielle à la pratique de la médecine. Pour traiter les problèmes du patient, le médecin doit reconnaître les symptômes et leurs causes sous-jacentes et vouloir aider le patient à obtenir un soulagement. Les patients répondent mieux au traitement s’ils sentent que le médecin est sensible à leur problème et qu’il soigne leur personne plutôt que leur seule maladie.

Un haut degré de compétence est à la fois attendu et exigé des médecins. Le manque de compétence peut avoir des conséquences graves ou entraîner la mort. Les médecins reçoivent un enseignement long destiné à leur assurer cette compétence, mais vu l’évolution rapide des connaissances médicales, le maintien de ces aptitudes constitue un défi qu’ils doivent relever sans cesse. Du reste, il ne s’agit pas seulement de maintenir un niveau de connaissances scientifiques et de compétences techniques mais aussi des connaissances, compétences et comportements éthiques, puisque les nouvelles questions éthiques dérivent des changements de la pratique médicale même et de son environnement social et politique.

L’autonomie, ou l’autodétermination, est la valeur fondamentale de la médecine qui a connu le plus de changements au cours des dernières années. Les médecins ont, sur le plan individuel, de tout temps bénéficié d’une grande autonomie en matière de traitement clinique du patient. Sur le plan collectif, les médecins ont eu toute liberté de définir les normes de l’enseignement médical et de la pratique médicale. Dans beaucoup de pays, ces deux modes de pratique médicale ont été limités par les gouvernements ou d’autres autorités de contrôle de la profession médicale. Malgré ces défis, les médecins continuent d’accorder une grande valeur à leur autonomie clinique et professionnelle et s’efforcent de la préserver du mieux possible. Dans le même temps, l’autonomie du patient reçoit partout dans le monde une reconnaissance générale de la part des médecins, ce qui signifie que le patient doit être celui qui prend la décision finale sur les questions le concernant.

Outre son adhésion à ces trois valeurs fondamentales, l’éthique médicale se distingue de l’éthique générale qui s’applique à chacun en ce qu’elle est publiquement professée dans un serment (par exemple, la Déclaration de Genève de l’AMM)et/ou un code. Ces serments et ces codes, bien que différents d’un pays à l’autre, voire à l’intérieur d’un même pays, ont cependant plusieurs points communs, notamment la promesse que le médecin fera prévaloir les intérêts de son patient, s’abstiendra de toute discrimination sur la base de la race, de la religion ou d’autres droits humains, protègera la confidentialité de l’information du patient et fournira, le cas échéant, les soins d’urgence ou exigés.

 

QUI DÉCIDE DE CE QUI EST ÉTHIQUE?

La réponse à la question de qui décide de ce qui est éthique en général diffère donc d’une société à l’autre mais la culture et la religion jouent souvent un rôle important dans la détermination du comportement éthique. Chez nous (en ALGERIE)       La loi 90-17 du 31.07.1990 modifiant et complétant la loi 85-05 du 16.02.1985 relative à la protection et la promotion de la santé fixe le code de l’éthique médicale au chapitre III du titre IV.

il existe un conseil national de l’éthique des sciences de la santé.

Il siège à Alger, et est composé de :

  • 1 représentant du Ministère de la santé
  • 9 Professeurs en sciences médicales
  • 3 praticiens de la santé
  • 1 représentant du Ministère de la justice
  • 1 représentant du conseil supérieur islamique
  • 1 représentant du conseil national de déontologie médicale

Ce conseil peut être saisi par toute personne physique ou morale pour toute question entrant dans le cadre de sa mission. 

L’ÉTHIQUE MÉDICALE DIFFÈRE-T-ELLE D’UN PAYS À L’AUTRE?

Tout comme l’éthique médicale peut et doit évoluer avec le temps ainsi qu’avec les progrès des technologies et des sciences médicales et aussi des valeurs de la société, elle diffère, pour les mêmes raisons, d’un pays à l’autre. Sur la question de l’euthanasie, par exemple, il existe des divergences d’opinion importantes entre les différentes associations médicales. Certaines la condamnent,d’autres font valoir leur neutralité, et l’une d’entre elles, l’Association médicale néerlandaise, l’accepte à certaines conditions. De même, concernant l’accès aux soins de santé, certaines associations soutiennent l’égalité de tous les citoyens tandis que d’autres sont prêtes à tolérer de grandes inégalités. Certains pays manifestent un grand intérêt pour les questions éthiques soulevées par les avancées de la technologie médicale alors que ces questions ne se posent pas dans les pays qui n’ont pas accès à cette technologie.

Bien que ces différences puissent paraître importantes, il existe un nombre plus grand encore de similitudes. Les médecins ont partout dans le monde beaucoup en commun et lorsqu’ils se rassemblent au sein d’organisations comme l’AMM, ils parviennent généralement à s’entendre sur des questions éthiques controversées, même si cela nécessite souvent de longs débats. Les valeurs fondamentales de l’éthique médicale comme la compassion, la compétence, l’autonomie et aussi l’expérience et le savoir-faire des médecins constituent une base solide pour analyser les questions éthiques et parvenir aux solutions qui seront dans le meilleur intérêt du patient, du citoyen et de la santé publique en général.

 

 

 

 

DEONTOLOGIE  MEDICALE

 

I/  GENERALITES :

-La notion de droit médical représente l’ensemble des règles imposées par la société pour ce qui touche la profession  médicale.

-La déontologie médicale = d’origine grecque « ce qu’on doit faire » elle se situe entre la MORALE (ce qui est bien) et le DROIT (ce qui est juste)

Donc la déontologie médicale :

  • Indique les conduites à tenir.
  • Engage des situations concrètes et réelles.
  • Indique les règles, les principes de morale et juridiques.

-Donc la déontologie médicale est définie comme étant l’ensemble des principes, règles et usages que doit respecter le médecin ou l’étudiant en médecine dans l’exercice de la profession médicale.

-Pour cela il existe un code de déontologie médicale qui précise :

  • Les devoirs du médecin envers ses confrères.
  • Les relations et devoirs du médecin envers les membres des autres professions de santé.
  • Les devoirs du médecin envers les malades et la société.

II/ ORIGINE DE LA DEONTOLOGIE MEDICALE :

1)      Dans le monde : elle a des racines anciennes et qui remontent à des centaines d’années avant Jésus (Que la paix soit sur ​​lui**) :

–          500 ans av Jésus (Que la paix soit sur ​​lui**), le serment d’Hippocrate avait codifié la morale médicale.

–          Au XIIème siècle, la prière de MAIMONIDE avait actualisé la morale médicale = respect de la vie, indépendance du médecin.

–          En 1948 : Adoption du serment le plus actuel par l’association médicale mondiale à Genève.

–           

2)      En Algérie : l’évolution de la déontologie médicale à subi plusieurs étapes :

  • Avant 1962 : le code de déontologie français était applicable à tout médecin autorisé à exercer en Algérie.
  • A partir de 1963 : création du bureau de surveillance des professions médicales.
  • Octobre 1976 : naissance du 1er code de déontologie médicale algérien inclut dans le code de la santé algérien.
  • Février 1985 : promulgation de la loi 85/05 relative à la protection et à la promotion de la santé, abrogeant le code de  déontologie médicale.
  • Juillet 1990 : promulgation de la loi 90-17 modifiant et complétant la loi du 16/02/1985 N° 85/05 relative à la promotion de la santé dans les articles 9, 267 alinéa 1 et Art 267 alinéa 2 « Création du conseil national de déontologie médicale constitué de ses 03 sections ordinales nationales. »
  • Avril 1998 : installation officielle au palais de la culture du conseil national de déontologie médicale suite à des élections nationales.

3)      le code de déontologie médicale :

 Il a paru dans le décret exécutif N° 276 du 06/07/1992 et comporte 226 articles repartis sur 05 titres :

III/ ORGANISATION DE LA DEONTOLOGIE MEDICALE  (CONSEILS) :

1)      le conseil national de déontologie médicale :

Siège à Alger, in est formé de 12 conseils régionaux. Ces conseils sont investis du pouvoir disciplinaire ; ils se prononcent sur les infractions aux règles de déontologie médicale et sur les violations de la loi sanitaire.

Le conseil est composé de médecins âgés de 35 ans ou plus, ils sont élus par leurs confrères pour 04 ans.

2)      l’inscription au conseil :

–          Nul ne peut exercer la profession de médecin s’il n’est pas inscrit au tableau.

–          Exception faite pour les médecins militaires et étrangers exerçant dans le cadre de convention.

3) le conseil de déontologie médicale : peut être saisi par :

–          Le ministre de la santé ;

–          Les membres du corps médical (médecins autorisés à exercer) ;

–          Les chirurgiens dentistes et pharmaciens (leurs associations légales) ;

–          Les associations de médecins légalement formés ;

–          Tout patient ou son tuteur ;

–          Les ayants droit des patients.

IV/ LES REGLES DE DEONTOLOGIE MEDICALE :

1) Les devoirs généraux : Art 6 à 41

–          Le médecin est au service de l’individu ;

–          Le médecin est au service de la santé publique ;

–          Le médecin doit exercer dans le respect de la vie et de la personne humaine.

2)Le secret professionnel : Art 36 à 41

–          Le secret professionnel s’impose à tout médecin sauf quand la loi en dispose autrement.

–          Il couvre tout ce que le médecin a vu, entendu, compris ou tout ce qu’il lui a été confié dans l’exercice de sa profession.

–          Le médecin doit veiller à la protection contre toute indiscrétion des fiches cliniques et documents qu’il détient concernant les malades.

–          En cas de publications scientifiques, il doit veiller à ce que l’identification du malade ne soit pas possible.

–          Le secret médical n’est pas aboli par le décès du malade sauf pour faire valoir ses droits.

2)      Devoirs envers les malades : Art 43 et 44

Le malade est libre de choisir son médecin ;

Le malade est libre de quitter son médecin ; c’est le libre choix.

4)La confraternité : Art 44 à 51

         C’est un devoir primordial, elle doit s’exercer dans l’intérêt du malade et   de la profession médicale.     

5)Rapport avec les autres membres de la profession : Art 52 à 61

Ils doivent être courtois et bienveillants avec les auxiliaires de santé. Chacun doit respecter l’indépendance de l’autre.

6)Règles particulières à certains modes d’exercice :

–          Dans le privé ;

–          Médecine salariée ;

–          Médecine de contrôle ;

–          Médecine d’expertise.

V/ SANCTIONS PREVUES DANS LE CODE DE DEONTOLOGIE :

=> Le conseil saisi d’une plainte doit statuer dans un délai de 04 mois.

=> Les sanctions disciplinaires sont :

                   –   L’avertissement ;

–          Le blâme ;

–          La proposition d’interdire d’exercer ;

–          La fermeture de l’établissement.

=> Les sanctions sont susceptibles d’appel ou de recours auprès du conseil national de déontologie médicale, dans un délai de 06 mois. 

=> en cas de non-satisfaction, un appel peut à nouveau être introduit auprès de la cour suprême dans un délai de 01 an.

 

LE COMPORTEMENT DE L’ETUDIANT EN MEDECINE

Les objectifs de l’enseignement d’une Faculté de médecine sont en premier lieu de nature académique. En effet, l’acquisition des connaissances scientifiques ainsi que des compétences cliniques est primordiale pour exercer la médecine ou la médecine dentaire pour le bien des patients.

La formation médicale ne se limite toutefois pas à ces aspects: elle exige que l’étudiant développe des attitudes et des comportements adéquats, qui sont regroupés sous le terme de « savoir-être ».

En effet, si l’activité médicale se caractérise aujourd’hui par la multiplicité des moyens diagnostiques et thérapeutiques disponibles, la dimension relationnelle reste l’un des éléments clefs de la profession de médecin.

Ce « savoir-être » étant une exigence de la profession médicale, il fait partie des objectifs d’enseignement de notre Faculté et il est évalué tout au long des études. La Faculté de médecine demande à l’étudiant les attitudes et les comportements qui sont indispensables à une prise en charge adéquate des patients, ainsi qu’à des bonnes relations professionnelles.

Savoir-être dans le cadre des études

Responsabilité

Un sens aigu de la responsabilité est nécessaire dans la prise en charge des patients: il est attendu de l’étudiant qu’il manifeste ce sens de la responsabilité dès le début de ses études, notamment par son implication personnelle dans sa formation et l’acquisition des connaissances. L’étudiant apportera également tout le soin requis aux moyens d’enseignement mis à sa disposition. 

Honnêteté

Cette attitude implique une exigence dans sa formation professionnelle et à reconnaître ses limites. Elle implique aussi la volonté d’agir dans le cadre légal et selon les principes de l’éthique. 

Respect et tolérance

Une attitude de respect et de tolérance est attendue de de l’étudiant vis-à-vis des personnes avec lesquelles il est en contact, avec ses collègues étudiants et ses enseignants. Cette attitude se manifeste notamment par la ponctualité, la participation à toutes les activités prévues dans le programme d’études, l’observation des principes de fonctionnement de groupes de travail. 

 

Savoir-être dans vos rapports avec les patients

Le respect de chaque patient, de ses valeurs personnelles et confessionnelles, est une exigence fondamentale. Votre relation avec les patients implique de votre part une approche empreinte de tact et d’empathie, et un souci constant du dialogue. Un langage approprié et une tenue conforme aux règles hospitalières en vigueur, ne serait-ce que pour ne pas heurter ceux dont vous aurez à prendre soin. Vous êtes astreint au secret médical ainsi qu’au secret de fonction, comme l’ensemble du personnel des établissements hospitaliers que vous fréquenterez.

Ces règles du « savoir-être » s’appliquent également aux enseignants. L’étudiant est en droit d’attendre de leur part autant qu’il est exigé de lui.

 

QUELLE EST LA PARTICULARITÉ DE LA
RELATION MÉDECIN / SOCIÉTÉ ?

 

 

Le professionnalisme médical ne se limite pas à la seule relation médecin / patient,  ni aux relations entre collègues et autres professionnels de santé. Il engage aussi une relation avec la société. Cette relation peut prendre la forme d’un « contrat social » par lequel la société accorde des privilèges à une profession, notamment la responsabilité exclusive de fournir certains services et, en retour de quoi la profession accepte d’utiliser ces privilèges essentiellement pour le bénéfice d’autrui et, seulement en deuxième lieu, pour son propre bénéfice.

La tradition de l’éthique médicale selon Hippocrate offre peu de recommandations sur les relations avec la société. Pour combler ce manque, l’éthique médicale d’aujourd’hui examine les questions qui se posent au-delà de la relation médecin / patient et recommande des normes et des méthodes qui permettent de répondre à ces problèmes.

La référence à l’aspect « social » de la médecine pose immédiatement la question – qu’est-ce que la société ? Dans le présent cour, le terme se réfère à une communauté ou une nation.

Les médecins ont des relations diverses avec la société. Parce que la société et son environnement physique sont des facteurs importants pour la santé des patients, la profession médicale en général et les médecins individuels ont un rôle important à jouer dans la santé publique, l’enseignement médical, la protection de l’environnement, la législation de santé, le bien-être de la collectivité et aussi les témoignages dans le cadre des poursuites judiciaires. Les médecins sont également  invités à jouer un rôle de premier plan dans l’allocation des ressources limitées de santé de la société et ils sont parfois obligés d’empêcher l’accès à des services auxquels les patients n’ont pas droit. L’accomplissement de ces tâches peut donner lieu à des conflits éthiques, surtout lorsque les intérêts de la société semblent s’opposer à ceux du patient.

DOUBLE ALLEGEANCE

Lorsque les médecins ont des devoirs et des responsabilités à la fois envers leurs patients et envers des tiers et que ces devoirs et ces responsabilités sont incompatibles, ils se trouvent dans une situation dite de « double allégeance ». Parmi les tiers qui exigent des médecins cette double allégeance figurent les gouvernements, les employeurs (les hôpitaux et les systèmes de santé, par exemple), les assureurs, les officiels militaires, la police, les officiels pénitentiaires et les membres de la famille. il est généralement accepté que les médecins peuvent dans des situations exceptionnelles devoir placer l’intérêt des autres avant celui du patient. Le problème éthique qui se pose est de savoir quand et comment protéger le patient face aux pressions des tiers. patient.”

Les situations de double allégeance s’étendent sur une échelle qui va d’une conjoncture où les intérêts de la société doivent prévaloir à une conjoncture où les intérêts du patient prédominent nettement. Entre les deux, existe un grand espace où le choix d’une bonne ligne de conduite nécessite une grande capacité de discernement A l’une des extrémités de l’échelle se trouvent les demandes de signalement obligatoire des patients qui souffrent de maladies particulières, des personnes qui sont suspectées de mauvais traitements envers les enfants. Les médecins doivent répondre à ces demandes sans hésitation.

Proches du milieu de l’échelle se trouvent les pratiques, retenues par certains programmes de soins de santé organisés, qui limitent l’indépendance clinique du médecin dans le choix du mode de traitement du patient. Même si ces pratiques ne sont pas forcément contraires au meilleur intérêt du patient, elles peuvent l’être, et les médecins doivent bien réfléchir à l’utilité de participer à ces programmes. S’ils n’ont pas le choix, par exemple, lorsqu’il n’existe pas d’autres programmes, ils doivent vigoureusement défendre leurs patients et, via leurs associations médicales, garantir  les besoins de tous les patients concernés par ces mesures restrictives.

Une forme particulière du problème de double allégeance que rencontrent les médecins est le conflit d’intérêt, réel ou potentiel, entre, d’un côté, une entreprise commerciale et de l’autre, les patients et / ou la société. Les entreprises pharmaceutiques, les fabricants d’appareils médicaux et autres entreprises commerciales offrent souvent aux médecins des cadeaux et autres avantages qui vont du forfait gratuit avion plus hôtel pour des programmes de formation à la rémunération excessive pour des activités de recherche. Les largesses de ces entreprises ont pour motivation commune, la volonté de convaincre le médecin de prescrire ou utiliser les produits de l’entreprise, des produits qui ne sont pas forcément les meilleurs pour le patient et / ou qui peuvent accroître inutilement les coûts de la santé.

ALLOCATION DES RESSOURCES

Dans tous les pays du monde, y compris les plus riches, il existe un écart, déjà important et qui ne cesse de croître, entre les besoins et prévisions de services de santé et la disponibilité des ressources permettant de fournir ces services. L’existence de cet écart nécessite de limiter de quelque manière les ressources existantes. Le rationnement des soins de santé ou, comme on l’appelle plus fréquemment, « l’allocation des ressources », a lieu sur trois niveaux :

• Au plus haut niveau (« macro »), les gouvernements déterminent le montant de l’enveloppe de la santé, les dépenses de santé qui seront pourvues sans charge et qui nécessitent le paiement direct du patient ou de leur assurance maladie, la part du budget de santé qui sera allouée à la rémunération des médecins, des infirmières et autres travailleurs de santé, aux dépenses d’équipement et de fonctionnement pour les hôpitaux et autres institutions, à la recherche, à la formation des professionnels de santé, au traitement de maladies spécifiques comme la tuberculose et ainsi de suite.

Au niveau institutionnel (« meso »), c’est-à-dire, les hôpitaux, les cliniques, les centres de soins de santé, les autorités décident de la répartition des ressources dont elles disposent. Elles déterminent les services qui recevront ces ressources et le montant qui sera respectivement alloué au personnel, à l’équipement, à la sécurité, à l’exploitation, à la rénovation, aux travaux d’agrandissement et ainsi de suite.

• Au niveau du patient individuel (« micro »), les fournisseurs de soins de santé, en particulier les médecins, décident de la prescription d’un examen, de la nécessité d’adresser un patient à un collègue ou de l’hospitaliser, du choix d’un médicament portant un nom de marque plutôt qu’un médicament générique. On estime que les médecins sont à l’origine de 80 % de l’ensemble des dépenses de santé et malgré le fait que la régulation des soins ne cesse de gagner du terrain, ils ont encore une grande liberté d’action dans le choix des ressources dont bénéficieront leurs patients.

Les choix effectués à chacun des niveaux comportent des éléments éthiques importants du fait qu’ils se fondent sur des valeurs et qu’ils ont des conséquences importantes sur la santé et le bien- être des individus et des collectivités. Bien que les médecins soient concernés par les décisions prises à chaque niveau, c’est au niveau « micro » que leur rôle est le plus grand. C’est donc à ce niveau que l’on s’intéressera ci-dessous.

Comme indiqué plus haut, la tradition voulait que les médecins agissent dans le seul intérêt de leurs patients, sans se préoccuper du besoin des autres. Leurs principales valeurs éthiques, la compassion, la compétence et l’autonomie, servaient à répondre aux besoins de leurs propres patients. Cette approche individualiste de l’éthique médicale a survécu à la transition qui substitue au paternalisme du médecin l’autonomie du patient, où la volonté de ce dernier est devenue le principal critère pour décider des ressources qu’il doit recevoir. Plus récemment, cependant, une autre valeur, la justice, est devenue un facteur important de la prise de décision médicale. Elle signifie une approche plus sociale de la répartition des ressources, attentive aux besoins des autres patients. Selon cette approche, les médecins sont non seulement responsables de leurs propres patients, mais aussi, dans une certaine mesure, des autres.

Un des moyens dont les médecins disposent pour assumer leur responsabilité en matière de répartition de ressources est d’éviter les pratiques peu économiques et inefficaces, même lorsque les patients le demandent. L’utilisation abusive d’antibiotiques est un exemple à la fois de gaspillage et de nocivité. Lors d’essais cliniques randomisés, d’autres traitements courants se sont avérés inefficaces pour les pathologies auxquelles ils étaient destinés. Il existe pour beaucoup de pathologies des directives de pratique clinique qui permettent de distinguer un traitement efficace d’un traitement inefficace. Afin d’économiser les ressources et de fournir un traitement optimal à leurs patients, il importe que les médecins se familiarisent avec ces directives.

Le type de décision que beaucoup de médecins doivent prendre en matière d’allocation est la répartition, entre deux ou plusieurs patients, d’une ressource limitée telle que par exemple l’attention du personnel d’urgence, le dernier lit disponible dans le service des soins intensifs, les organes à des fins de transplantation, les examens radiologiques de pointe et certains médicaments particulièrement onéreux. Les médecins qui contrôlent ces ressources doivent désigner les patients qui auront accès à ces ressources et ceux qui en seront exclus, en sachant très bien que ces derniers peuvent en souffrir, voire mourir.

Certains médecins sont contraints à faire face à un conflit supplémentaire par le rôle qu’ils jouent dans l’élaboration des politiques générales qui touchent, entre autres, leurs propres patients. Ce type de conflit se développe surtout dans les hôpitaux et autres institutions au sein desquelles les médecins occupent des positions élevées ou siègent à des comités chargés d’élaborer ou d’énoncer des directives. Alors que beaucoup de médecins essaient de se détacher de leur préoccupation pour leurs propres patients, d’autres cherchent à utiliser leur position pour faire valoir la cause de leurs patients avant celle de patients dont les besoins sont plus grands.

Face à ces problèmes d’allocation, les médecins doivent non seulement maintenir un équilibre entre les principes de compassion et de justice, mais aussi décider du type de justice qui leur semble préférable.

SANTÉ PUBLIQUE

Le terme de « santé publique », au sens du présent cour, fait référence à la fois à la santé du public et à la spécialité médicale qui traite de la santé sous l’angle de la collectivité plutôt que sur la base de l’individu. Il y a dans ce domaine partout dans le monde un grand besoin de spécialistes qui recommandent et défendent les            déclarations

publiques sur la promotion de la santé et aussi qui prennent part à des activités dont le but est protéger le public des maladies transmissibles et autres risques.
La pratique de la santé publique (parfois appelée« médecine de santé publique » ou « médecine collective ») repose fortement, dans ses bases scientifiques, sur l’épidémiologie, qui est l’étude de la répartition des facteurs de santé et de maladie dans les populations. Il y a en effet des médecins  épidémiologistes. Mais tous les médecins devraient connaître les facteurs sociaux et environnementaux qui influent sur l’état de santé de leurs patients.

Les mesures de santé publique comme les campagnes de vaccination et les réactions d’urgence aux épidémies sont des facteurs de santé importants pour l’individu, mais les facteurs sociaux comme le logement, l’alimentation et l’emploi le sont tout autant, sinon plus. Il est rare que les médecins puissent traiter les causes sociales des maladies, mais ils doivent diriger leurs patients vers les services sociaux appropriés.

SANTÉ MONDIALE

La reconnaissance des responsabilités du médecin envers la société à été élargie ces dernières années à la responsabilité du médecin envers la santé dans le monde. Cette charge a été définie comme les problèmes, les questions et préoccupations de santé qui dépassent les limites nationales, qui sont susceptibles d’être influencés par les circonstances ou expériences des autres pays et qui trouvent une meilleure réponse dans des actions ou des solutions d’entraide. La santé mondiale fait partie du grand mouvement de mondialisation qui englobe les échanges d’information, le commerce, la politique, le tourisme et autres activités humaines.

La base de la mondialisation est la reconnaissance que les individus et les sociétés sont de plus en plus interdépendants. Cela est particulièrement évident dans le domaine de la santé, comme l’a montré la rapide propagation de maladies comme la grippe et le SRAS. Le contrôle de ces épidémies nécessite une action internationale.

La mondialisation de la santé a permis de prendre de plus en plus conscience de l’existence des disparités de santé sur la planète.

 

 

 

LES PRELEVEMETS ET TRANSPLANTATION D’ORGANES

 

Données du droit musulman

        Le prélèvement d’organes d’un corps sans vie tel que le cœur, l’œil , la peau,… est permis pour la transplantation dans un corps vivant, et il ne serait constitué une profanation.

        Le geste d’un donneur par exemple d’un rein à un malade qui en a besoin s’il en résulte aucune contrainte est un geste louable que Dieu le récompensera car il aura contribué à sauver une vie.


Les organes humains :

 

  1. Définition de l’organe :

        L’organe peut se définir comme une partie du corps destinée à remplir une fonction nécessaire à la vie, ainsi le cœur, le poumon, le rein, le foi,… sont assurément des organes, mais la peau , l’os, les valves cardiaques ne remplissent-ils pas aussi des fonctions nécessaire à la vie ? pourtant ces parties du corps sont classées en général dans la catégorie des tissus…

  1. Prélèvements d’organes humains :

        L’article 161 de la LPPS autorise le prélèvement d’organe humain à des fins thérapeutiques ou de diagnostic dont les conditions sont fixées par cette même loi.

       le prélèvement et la transplantation d’organes ou de tissus humains ne peuvent faire l’objet d’aucune transaction financière

       Les greffes ou transplantation d’organes sont de vieux rêves de l’humanité.

Le passage à la réalité est beaucoup plus récent :

  • La première transplantation rénale a eu lieu entre 1951-1952
  • Les premières greffes cardiaques en 1968

      A cette époque, les techniques étaient largement expérimentale et les réussites à moyen terme étaient rares.

L’amélioration des méthodes chirurgicales, une meilleure connaissance des systèmes d’incompatibilité des tissus, l’apparition de médicaments permettant de mieux contrôler les phénomènes du rejet du greffon, ont favorisé l’essai des transplantations d’organes.

     Les prélèvements d’organes impliquent une atteinte à l’intégrité du corps humain et soulève d’importants problèmes notamment d’ordre éthique, religieux, et juridique.

 

  1. A.        le prélèvement d’organe sur personne vivante :

 

  • Les conditions liées aux prélèvements : Article 162

 

ü  Le prélèvement ne doit pas mettre en danger la vie du donneur ;

ü  Le prélèvement est soumis au consentement éclairé, libre et écrit du donneur et qui peut être retiré en tout temps et ceci pour une finalité thérapeutique.

  • Oppositions : Article 163

 

ü   Il est interdit de procéder au prélèvement d’organes chez les mineurs ou des personnes privées de discernement. Il est également   interdit de procéder au prélèvement d’organes ou de tissus chez des personnes atteintes de maladie de nature à affecter la santé du donneur ou du receveur

  1. B.        le prélèvement d’organe sur personne décédée :

 

  • Les conditions : Article 164

 

ü  Une constatation médicale du décès ( Alinéa 1 ) ;

          Le prélèvement ne peut se faire qu’après constatation médicale et légale du décès par la commission médicale visée à l’Article 167, et selon les critères scientifiques définis par le Ministre chargé de la santé publique.

         Pour prélever, il faudrait que les organes soient encore fonctionnels.

Ici se pose une question d’éthique des limites de la vie humaine (coma dépassé et intérêt d’un constat précoce de la mort).

ü  Le consentement du défunt (Alinéa 2 et 3 ) de l’Article 164 qui stipule que le prélèvement peut être effectuer :

ü  Si le défunt a exprimé de son vivant son consentement ;

ü  Si le défunt n’a pas exprimé son consentement, il faudrait avoir l’accord de l’un des membres de sa famille dans l’ordre suivant : père_mère_conjoint_enfant_frère_sœur_tuteur légal.

ü  Spécificité des prélèvements des cornées et des reins : (article 164 Alinéa 4 )

« … toutefois, le prélèvement de cornée et de rein peut être effectuer sans l’accord visé à l’Alinéa 3 s’il n’est pas possible de prendre contact à temps avec la famille ou le représentant légal du défunt, et que tout délai entraînerait la détérioration de l’organe à prélever , ou si l’urgence de l’état de santé du receveur de l’organe, l’exige. Cette urgence étant constatée par la commission médicale prévue à L’Article 167 de la présente loi.. »

       A moins que le défunt ait fait connaître de son vivant, son refus d’un tel prélèvement ou si les prélèvements entravent l’autopsie médico-légale, ce qui est précisé à L’Article 165 Alinéa 2.

ü  L’Article 165 à l’Alinéa 3 exige que le médecin ayant constaté et certifié le décès du donneur, ne doit pas faire partie de l’équipe qui effectue la transplantation.

ü  L’Article 167 stipule que les prélèvements et la transplantation des tissus ou d’organes humains sont effectués par des Médecins et seulement dans des hôpitaux autorisés à cette fin par le Ministre chargé de la santé publique.

ü  L’Article 165 Alinéa 2 stipule qu’il est interdit de révéler l’identité du donneur au receveur, et celle du receveur à la famille du donneur  

          (L’anonymat du don).

ü  L’Article 166 Alinéa 2 stipule que la transplantation des tissus ou d’organes humains n’est pratiquée que si elle représente le seul moyen de préserver la vie ou l’intégrité physique du receveur, et que ce dernier ait exprimé son consentement en présence du Médecin Chef du service sanitaire dans lequel il est admis et en présence de deux témoins.

 

LA PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE

 

            Elle a pour finalité de créer un être vivant humain grâce à une assistance médicale scientifique;

Les théories de la procréation (artificielle) sont nombreuses:

  • L’insémination artificielle
  • La fécondation INVITRO
  • Le diagnostic pré natal de dépistage des anomalies génétiques.

Les problèmes soulevés par la génétique:

  • Les anomalies congénitales d’origine génétique.
  • La thérapie génique (le soin des gènes).
  • Les empreintes génétiques résultant de l’avance de la génétique.
  • La recherche de paternité.
  • L’identification.

 

 

 

IMPORTANCE DE LA RECHERCHE MÉDICALE

La médecine n’est pas une science exacte dans le sens où le sont  les mathématiques ou la physique. Elle est soumise à un grand nombre de principes généraux qui sont dans leur ensemble recevables,mais chaque patient est différent et il est possible qu’un traitement efficace pour 90 % de la population ne le soit pas pour les autres 10 %. Ainsi, la
nature intrinsèque de la médecine est-elle expérimentale. Même les traitements les plus généralement reconnus doivent être contrôlés et évalués afin de déterminer leur efficacité pour des patients spécifiques, voire pour les patients en général. C’est là une des fonctions de la recherche médicale

Une autre fonction, peut-être plus connue, est la mise au point de nouveaux traitements, en particulier les médicaments, les diapositifs médicaux et les techniques chirurgicales. De nombreux progrès ont été réalisés dans ce domaine au cours des cinquante dernières années et le nombre de recherches aujourd’hui en cours n’a jamais été aussi grand. Cependant, beaucoup de questions concernant le fonctionnement du corps humain, les causes des maladies (à la fois connues et nouvelles) et les meilleurs moyens de les prévenir et de les soigner, n’ont pas encore trouvé de réponse. La recherche médicale est le seul moyen d’y répondre

À L’INTÉRIEUR DE LA PRATIQUE MÉDICALE

Tous les médecins utilisent les résultats de la recherche médicale dans leur pratique clinique. Pour entretenir leurs compétences, les médecins doivent se maintenir à niveau sur les recherches réalisées dans leur domaine, par la formation continue ou les programmes de développement professionnel, les revues médicales et les échanges avec les collègues expérimentés. Même s’ils ne participent pas aux recherches, les médecins doivent savoir interpréter leurs résultats et les appliquer à leurs patients. Par conséquent, une connaissance élémentaire des méthodes de recherche est essentielle pour une bonne pratique médicale. La meilleure façon d’acquérir cette connaissance est de prendre part à un projet d’étude, en tant qu’étudiant en médecine ou dans le cadre d’une formation continue

La méthode de recherche la plus courante chez les praticiens est l’essai clinique. Avant d’être homologué, le nouveau médicament est soumis à un ensemble d’essais destinés à vérifier sa sécurité et son efficacité. La procédure commence par des études de laboratoire et se poursuit par des essais sur les animaux. Lorsque les résultats sont prometteurs, la recherche clinique continue sur la base des quatre étapes ou phases suivantes:

  • la première phase, généralement menée sur un petit nombre de volontaires en bonne santé recevant souvent une rémunération en échange de leur participation, est destinée à déterminer le dosage du médicament nécessaire pour produire une réaction dans le corps humain, la manière dont le corps assimile le médicament et les éventuels effets toxiques ou préjudiciables;
  • la deuxième phase est conduite sur un groupe de patients atteints de la maladie que la médicament est supposé traiter. Elle a pour objectif de déterminer les éventuels effets bénéfiques et secondaires du médicament;
  • la troisième phase est celle de l’essai clinique au cours duquel le médicament est administré à un grand nombre de patients et mis en comparaison avec un autre médicament, lorsqu’il en existe un, et / ou un placebo. Il importe dans la mesure du possible que ces essais soient réalisés en « double aveugle », c’est-à-dire sans que les sujets de recherche ni leurs médecins ne sachent qui reçoit le médicament ou le placebo;
  • la quatrième phase prend place après que le médicament ait été homologué et commercialisé. Les premières années s’appliquent à contrôler les effets secondaires que le nouveau médicament n’aurait pas montrés lors de phases précédentes. De plus, l’entreprise pharmaceutique est généralement intéressée de savoir comment le médicament est reçu par les médecins qui le prescrivent et les patients qui le consomment.

 L’augmentation rapide du nombre d’essais de ces dernières années a nécessité de rechercher et d’engager un nombre encore plus grand de patients pour répondre aux besoins statistiques. Les responsables de ces études — médecins indépendants ou entreprises pharmaceutiques — dépendent maintenant des autres médecins, souvent situés dans des pays différents, pour recruter des patients en tant que sujets d’étude.

Même si cette participation à la recherche est pour les médecins une expérience importante, elle peut poser des problèmes qu’il importe de reconnaître et d’éviter. Tout d’abord, le rôle du médecin

dans la relation médecin / patient est différent de celui de l’investigateur dans la relation investigateur / sujet, même si le médecin et l’investigateur sont la même personne. La première responsabilité du médecin est la santé et le bien-être du patient alors que celle de l’investigateur est l’apport de connaissances qui peuvent contribuer ou pas à la santé et au bien-être du sujet d’étude. Donc, il peut y avoir des antagonismes entre ces deux rôles. Dans ce cas, le rôle du médecin doit prévaloir sur celui de l’investigateur. Les pages qui suivent s’appliquent à rendre manifeste ce que cela signifie dans la pratique.

L’autre problème que pose ce mélange de rôles est celui du conflit d’intérêt. La recherche médicale est une entreprise bien dotée en capitaux et des rétributions considérables sont parfois offertes aux médecins en échange de leur participation. Il peut s’agir de versements d’espèces pour le recrutement de sujets d’étude, de matériel comme des ordinateurs pour transmettre les recherches de données, d’invitations à des conférences pour discuter les résultats

des recherches ou encore du partage de la paternité des publications de ces résultats. L’intérêt du médecin à obtenir ces avantages peut parfois ne pas être compatible avec son devoir de fournir au patient le meilleur traitement disponible. Il peut aussi s’opposer au droit du patient d’obtenir tous les renseignements nécessaires à une décision éclairée concernant son souhait de participer ou pas à une étude.

Il est cependant possible de surmonter ces problèmes. Les valeurs éthiques du médecin — compassion, compétence, autonomie — s’appliquent également à l’investigateur. Il n’y a donc pas vraiment d’antagonisme entre ces deux rôles. Tant que les médecins comprennent et appliquent les règles fondamentales d’éthique médicale, ils ne devraient pas avoir de difficulté à participer à la recherche en tant que partie intégrante de leur pratique clinique

EXIGENCES ÉTHIQUES

Les principes de base de l’éthique de la recherche sont aujourd’hui bien établis. Il n’en a pas toujours été ainsi. D’éminents investigateurs des 19e et 20e siècles ont conduit des expériences sur les patients sans obtenir leur consentement et sans se préoccuper beaucoup, si toutefois ils s’en préoccupaient, du bien-être du patient. Les déclarations sur l’éthique de la recherche rédigées au début du 20e siècle n’empêchèrent pas les médecins de l’Allemagne nazie et d’ailleurs de faire des recherches qui manifestement violaient les droits humains fondamentaux de leurs sujets. Après la Seconde Guerre mondiale, certains de ces médecins furent jugés et condamnés par le tribunal de Nuremberg, en Allemagne. Les bases de ce jugement sont connues sous le nom de Code de Nuremberget comptent parmi les documents qui ont servi de fondement à l’éthique de la recherche moderne. Parmi les dix principes de ce code, figure notamment la demande de consentement volontaire du patient qui se prête à une étude.

Approbation du comité d’éthique

Tout projet de recherche médicale sur des êtres humains doit être soumis à l’examen et à l’approbation préalable d’un comité d’éthique indépendant. Pour obtenir cette approbation, les investigateurs doivent expliquer l’objet de l’étude et les méthodes employées, démontrer le mode de recrutement des sujets de recherche, le mode d’obtention de leur consentement et de protection de leur vie privée, spécifier le mode de financement du projet et divulguer les éventuels conflits d’intérêt. Le comité d’éthique peut approuver le projet tel que présenté ou demander à le modifier avant d’être mis à exécution ou encore le rejeter dans son ensemble. Beaucoup de comités ont aussi pour rôle de contrôler les projets en cours et de veiller à ce que les chercheurs remplissent leurs obligations et puissent, en cas de besoin, notamment lors de circonstances imprévues gravement préjudiciables, arrêter un projet.

La raison pour laquelle l’approbation d’un comité d’éthique est indispensable est que ni les investigateurs ni les sujets de recherche n’ont jamais les connaissances et l’objectivité suffisantes pour déterminer si un projet est valable d’un point de vue scientifique et éthique. Les investigateurs doivent démontrer à un comité impartial et spécialisé que le projet est utile, qu’ils possèdent les compétences nécessaires pour le conduire et que les futurs sujets de recherche seront, dans toute la mesure du possible, protégés des éventuels préjudices.

Valeur scientifique

La recherche médicale sur des êtres humains doit être scientifiquement justifiable. Cette recommandation a pour but d’écarter les projets qui ont peu de chances de réussir, en raison notamment de méthodologies inappropriées ou qui ne semblent pouvoir produire, même s’ils ont des chances de réussir, que des résultats insignifiants. Lorsque des patients sont invités à participer à une étude, il importe, même lorsque le risque de préjudice est minimal, de pouvoir attendre de ses résultats qu’ils communiquent des connaissances scientifiques importantes.

Valeur sociale

L’une des exigences les plus controversées concerne la contribution de la recherche médicale au bien-être de la société en général. Il est d’ordinaire reconnu que les progrès des connaissances scientifiques étaient suffisamment importants en eux-mêmes pour ne pas avoir besoin de justification supplémentaire. Cependant, étant donné que les ressources disponibles pour la recherche médicale sont aujourd’hui de plus en plus insuffisantes, la valeur sociale est devenue un de critère important pour en évaluer le bien-fondé.

La valeur sociale de la recherche est plus difficile à définir que sa valeur scientifique, même si ce n’est pas là une raison de l’ignorer. Les chercheurs et les comités d’éthique doivent s’assurer que les patients ne sont pas soumis à des examens qui pourraient servir des objectifs sociaux inutiles. Cela reviendrait autrement à gaspiller d’importantes ressources de santé et à porter atteinte à la réputation de la recherche médicale en tant que principal facteur de santé et de bien-être de l’être humain

Risques et bénéfices

Une fois établies les valeurs sociales et scientifiques de l’étude, l’investigateur doit démontrer que les risques encourus par les sujets ne sont pas déraisonnables ou démesurés par rapport aux bénéfices. Ces sujets peuvent néanmoins se prêter à une étude, mais seulement dans des conditions limitées.

A l’instar des autres documents concernant l’éthique de la recherche, recommande que la preuve du consentement éclairé soit établie par la présentation d’un « formulaire de consentement » signé par le sujet. Beaucoup de comités d’éthique demandent à l’investigateur de leur fournir le formulaire de consentement qu’il utilise pour sa recherche. Dans certains pays, ces formulaires sont trop longs et trop détaillés au point qu’ils ne servent plus leur objectif qui était de donner au sujet des informations sur l’étude. De toute façon, l’obtention du consentement éclairé ne commence ni ne finit avec la signature de ce formulaire, mais suppose aussi une explication orale précise du projet d’étude et de ce que cette participation signifie pour le sujet. De plus, le sujet doit être informé qu’il est libre de revenir à tout moment sur son consentement, même après que l’étude ait commencé, sans crainte de préjudice de la part de l’investigateur ou d’un autre médecin et sans que cela compromette ses soins de santé.

Confidentialité

Les sujets de recherche ont droit comme les patients recevant des soins cliniques à la confidentialité des informations de santé les concernant. Cependant, contrairement aux soins cliniques, la recherche nécessite la communication des renseignements de santé personnels à d’autres personnes, y compris l’ensemble de la communauté scientifique et parfois le grand public. Afin de protéger la vie privée des sujets, les investigateurs doivent assurer que l’obtention du consentement éclairé concerne l’utilisation des renseignements de santé personnels à des fins de recherche, ce qui suppose que les sujets soient informés à l’avance de l’utilisation qui sera faite de ces renseignements. En règle générale, les renseignements doivent être dépourvus de leur identité et conservés et transmis en toute sécurité.

Rôles conflictuels

Il a été souligné un peu plus haut dans ce chapitre que le rôle du médecin dans la relation médecin / patient était différent de celui de l’investigateur dans la relation investigateur / sujet, même si le médecin et l’investigateur sont la même personne. Le rôle du médecin doit prévaloir. Ce qui signifie, entre autres choses, que le médecin doit être prêt à recommander que le patient ne participe pas à une étude lorsqu’il semble bien réagir au traitement en cours et que l’étude nécessite qu’il soit soumis de manière aléatoire à différents traitements et / ou à un placebo. Le médecin ne doit demander à un patient de participer à une étude que s’il a de solides raisons scientifiques de douter que le traitement qu’il suit est aussi approprié qu’un nouveau traitement voire même un placebo.

Restitution honnête des résultats

Il ne devrait pas être nécessaire de demander de rendre compte avec exactitude des résultats de l’étude, mais malheureusement les cas de pratiques malhonnêtes se sont ces derniers temps multipliés dans ce domaine. Le plagiat, les données fabriquées, les publications en double exemplaire et les prestations gratuites des auteurs sont autant de problèmes qui se posent. Si ces pratiques

peuvent profiter à l’investigateur, du moins jusqu’à ce qu’elles soient découvertes, elles peuvent aussi être très préjudiciables pour les patients qui risquent de recevoir des traitements inadéquats sur la base de rapports d’études inexacts ou falsifiés et pour les autres investigateurs qui risquent de gaspiller beaucoup de temps et de ressources à assurer le suivi de l’étude.

Dénonciation

Afin d’empêcher que la recherche ne soit l’objet de violations des principes éthiques, quiconque ayant connaissance de ces comportements a l’obligation de les divulguer aux autorités compétentes. Malheureusement, ces appels à dénonciation ne sont pas toujours appréciés, ni même mis à exécution et les délateurs, dans leur tentative de divulguer les mauvaises actions, sont parfois sanctionnés ou tenus à l’écart. Cette attitude semble cependant changer alors que les scientifiques médicaux et les inspecteurs publics estiment nécessaire de détecter et de sanctionner les recherches qui ne sont pas conformes aux principes éthiques et commencent à apprécier le rôle des dénonciateurs pour atteindre ce but.

Il peut être très difficile pour les jeunes membres d’un groupe de recherche, comme des étudiants en médecine, de réagir à des recherches présumées contraires à l’éthique, car ils peuvent ne pas se sentir qualifiés pour juger les actes de chercheurs expérimentés ou craindre de subir des sanctions s’ils disent ce qu’ils pensent. Toutefois, ils devraient au moins refuser de participer à des pratiques qu’ils considèrent de toute évidence contraires à l’éthique, comme mentir aux sujets de recherche ou fabriquer des données. Il importe, lorsqu’ils sont témoins de telles pratiques, qu’ils alertent comme ils le peuvent les autorités compétentes, soit directement, soit à titre anonyme.

 

LA SITUATION EN ALGERIE

En ALGERIE les essais cliniques sont codifiés par :

A/   l’arrêté n°387 du 31 juillet 2006 relatif aux essais cliniques et comporte 39articles repartis sur 06 chapitres :

  • Chapitre 1 : Objet – définitions (06 articles)
  • Chapitre 2 : dispositions générales (24 articles)
  • Chapitre 3 : Du consentement de la personne (03 articles)
  • Chapitre 4 : De la protection des personnes se prêtant aux essais cliniques (06 articles)
  • Chapitre 5 : Dispositions particulières aux essais cliniques sans

     Bénéfice individuel direct (07 articles)

  • Chapitre 6 : Dispositions diverses et finales (03 articles)

      B/ L’Arrêté n° 388 du 31 juillet 2006 fixant les procédures de réalisation d’un essai clinique et comporte 15articles.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s